Historique et objectifs du réseau OFFRES

Depuis 1993 un réseau s’est constitué sous la triple forme de multiples contacts scientifiques entre les pays d’Europe centrale et orientale, de partenariat avec des associations ayant acquis une expérience considérable en matière de coopération intellectuelle (l’association roumaine francophone ARCHES, l’association tchèque et slovaque Jan Hus), et de collaboration étroite entre l’Université de Nice-Sophia Antipolis et l’Université Lille III-Charles de Gaulle.

L’initiative est venue d’abord de Roumanie où l’Association Roumaine des Chercheurs Francophones en Sciences Humaines (ARCHES) s’est constituée et a organisé de nombreuses manifestations scientifiques et sept Écoles francophones d’été en partenariat avec l’École normale supérieure et l’Université de Nice-Sophia Antipolis, avec le soutien financier de la DRIC et de la fondation Soros (Open Society Institute). L’Association publie régulièrement la revue ARCHES, rassemblant des contributions de chercheurs européens francophones en sciences humaines (www.arches.ro).

Elle est venue également du Centre Eric Weil (EA 2456), qui avait déjà établi depuis plusieurs années de multiples contacts avec l’Europe centrale et du Sud-Est, notamment en République tchèque, en Croatie, en Slovénie, au Kosovo. Il était en relations suivies avec l’Association Jan Hus (coopération entre la France, d’une part, la République tchèque et la Slovaquie, d’autre part).

En 2001, l’Université Lille III-Charles de Gaulle, par l’intermédiaire du Département de philosophie et du Centre Eric Weil, a donné une nouvelle dimension à cette initiative en constituant un réseau francophone de recherche et de formation à la recherche en sciences humaines et sociales. Ce réseau comprend à présent une quinzaine de pays d’Europe centrale et orientale : Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Kosovo, Macédoine, Moldavie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Serbie, Monténégro, Slovaquie, Slovénie, Ukraine.

Ce réseau a été fondé  lors de l’Université européenne d’été qui a eu lieu en septembre 2001 à Lille sur le thème : « La responsabilité. Droit et société, morale et politique. » Il s’est renforcé et élargi grâce au travail mené aux Universités européennes d’été de Dubrovnik (« Droits de l’homme et civilisations », septembre 2002), Nice (« Pouvoir et vie », juillet 2003), Prague (« L’action », juillet 2004), Paris (« Langues et langage. Argumentation, compréhension, traduction », juillet 2005), Cluj (« L’Europe à venir. Sécularisation, justice, démocratie », septembre 2006), Lyon (« Actualités du concept d’espace. Philosophie, arts, sciences humaines », juillet 2007), Saranda (« Usages de la norme : savoirs, politique, société », septembre 2008), Toulouse (« Nouvelles figures de l’État. Violences, droit et société », juillet 2009), Belgrade (« Espace public, philosophie et culture scientifique : les enjeux pour la démocratie », juillet 2010), Ohrid (« L’argumentation. Droit, politique, sciences », juillet 2011), Iasì (« L’idée d’université. Éducation, tradition, émancipation », juillet 2012), Trnava (« Logiques et langages du conflit », juillet 2013), Bruxelles (« Les discours sur la santé et la maladie », juillet 2014), Varsovie (« Faire justice. Quand la philosophie devient politique », septembre 2015), Sofia (« Peuples et populismes. Demos, ethnos, ochlos », juillet 2016), et Prague à nouveau (« Penser au-delà de l’homme. Limites, frontières et fins de l’humain »). Se tenant systématiquement dans un centre universitaire de l’Europe centrale et orientale, l’Université européenne d’été rassemble environ 60 participants de plus de 20 pays.

Le réseau bénéficie régulièrement du soutien des Bureaux régionaux de l’Agence universitaire de la francophonie. Par ailleurs, entre 2001 et 2004, les activités du réseau ont été articulées avec un projet COCOP financé par le Ministère français des Affaires étrangères, qui a permis la mise en place de séminaires régionaux préparant chaque nouvelle édition de l’Université européenne d’été. Depuis 2001, le réseau est également financé, sur demandes ponctuelles, par le programme PARCECO du Ministère français de l’enseignement supérieur et de la recherche. Enfin, la vocation européenne du réseau OFFRES transparaît clairement dans sa volonté de développer des partenariats avec des programmes soutenus par la Commission européenne, tels que le Master Erasmus mundus EuroPhilosophie (http://europhilomem.hypotheses.org), avec lequel une convention a été signée en 2007, ou le Master Erasmus Mundus Mitra (« Médiation interculturelle : identités, mobilités, conflits »), ouvert en 2009 (https://www.univ-lille3.fr/actualites/?actu=5880).

Les objectifs poursuivis par le réseau sont principalement les suivants :

  • œuvrer à la formation et au rapprochement, notamment amical, des élites intellectuelles d’Europe centrale et orientale, et tout particulièrement, dans un contexte de sortie de conflit. À cet égard, une des tâches essentielles consiste à implanter toujours plus solidement le réseau dans les pays dont les institutions universitaires ont été le plus déstructurées par la guerre (Bosnie, Kosovo, maintenant l’Ukraine, la Syrie, l’Irak, la Libye), et à contribuer autant qu’il est possible à la reconstitution de ces structures ;
  • renforcer la présence française et francophone dans le débat d’idées européen, qui est un élément important de la construction et de l’intégration européennes ; cette tâche s’inscrit elle-même dans une politique plus générale d’accompagnement académique de l’intégration européenne, à destination des pays candidats (Macédoine, Monténégro, Serbie, Turquie, Albanie) ou appelés à le devenir (Bosnie, Kosovo), mais aussi, et même principalement, de mise en dialogue des cultures d’Europe centrale et orientale entre elles, de façon transversale, via le français comme langue commode (mais non exclusive) de communication.
  • contribuer au renouvellement des cadres universitaires dans tous les pays du réseau, par la formation à la recherche de masterants, de doctorants et des jeunes assistants en poste (de plus en plus nombreux) dans les universités concernées. Le réseau se donne pour tâche d’aider à l’évolution (parfois à la reconstruction) des institutions universitaires dans les pays d’Europe centrale et orientale, et dans les régions qui la bordent. Il vise à instaurer un partenariat durable avec une nouvelle génération d’enseignants francophones dans ces pays.
  • contribuer à la mise en œuvre d’un réseau européen de formations universitaires, fondé notamment sur la mobilité des chercheurs et des étudiants. Les Universités européennes d’été, les publications communes et les traductions, l’accueil en France de doctorants ou d’enseignants préparant une habilitation à diriger des recherches, le développement de diplômes francophones à l’étranger, constituent des exemples de retombées concrètes, comme l’atteste, en particulier, la création en 2010 du master « État de droit et société civile », basé à la Faculté de droit de l’Université Babes-Bolyai de Cluj (Roumanie) et impliquant, sous la forme d’un consortium, les universités Bordeaux IV, Paris II, Lyon II, Lille III, Nantes, Chisinau, Balti (Moldavie), Belgrade, Pecs (Hongrie), Tirana et Bucarest, avec le soutien de l’AUF et de l’Institut Francophone Régional d’Études Stratégiques.

 

La méthode générale de constitution et de fonctionnement du réseau consiste dans :

  • l’organisation d’Universités européennes d’été produisant des séminaires régionaux, des échanges d’enseignants et d’étudiants, des co-directions de thèses et l’accueil en France, dans le cadre d’études post-doctorales, d’universitaires des pays concernés. Les Universités européennes d’été et les différents séminaires donnent lieu à des publications communes.
  • l’extension géographique et disciplinaire du réseau, notamment par le biais des Universités européennes d’été. Bien évidemment, il ne s’agit pas d’étendre le champ disciplinaire du réseau en définissant à l’avance les problèmes qui seront traités par les historiens, les philologues, les linguistes, les spécialistes du français-langue étrangère, les sociologues, les slavisants, etc. Il s’agit de réunir, à l’occasion notamment des Universités européennes d’été, les collègues français et étrangers qui formeront le noyau de coopération dans chaque discipline. Il appartiendra à chacun de ces noyaux, dans le cadre général de collaboration adopté, de définir les problèmes spécifiques qui feront l’objet du travail commun.

Cette approche est rendue possible par le fait que les Universités européennes d’été organisées en philosophie sont envisagées dans un esprit transdisciplinaire. Elles concernent la philosophie dans sa confrontation avec les autres sciences humaines et sociales (droit, histoire, sociologie, géographie, sciences politiques, etc.), ainsi qu’avec les sciences formelles et expérimentales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *