Introduction – Actualité ou désuétude de la désobéissance civile

Introduction – Actualité ou désuétude de la désobéissance civile ?[1]

 

Ophélie Desmons

Maître de Conférences en philosophie
ESPE de Paris
Sorbonne Université

Crédit : Eric Parker / édité par nos soins.

Lorsqu’est posée la question de l’actualité de la désobéissance civile, les analyses divergent profondément. Tony Milligan ouvre son livre intitulé Civil Disobedience : Protest, Justification and the Law, en affirmant que « la désobéissance civile est désormais un concept en voie de disparition » (Milligan, 2013 : 1. Je traduis). Selon Milligan, beaucoup estiment qu’impuissant à saisir la nature des mouvements de protestation les plus contemporains, comme Occupy ou les Indignés espagnols, le concept de désobéissance civile est désormais désuet. Ces critiques affirment d’une part que le concept de désobéissance civile, qui est un vieux label, échoue à capter la nouveauté et l’originalité de ces mouvements sociaux. Ils estiment d’autre part que la désobéissance civile est marquée par une forme de déférence vis-à-vis de l’autorité de l’Etat, qui s’accorde mal avec la radicalité de ces nouveaux mouvements (Carter, 1998).

À l’opposé, dans Pourquoi désobéir en démocratie ? Sandra Laugier et Albert Ogien affirment que « les appels à la désobéissance civile se sont mis à proliférer dans la France des années 2000 » (Laugier & Ogien, 2011 : 8). À titre de preuve, ils donnent à lire de « petits instantanés sur la France des années 2000 ». Petits textes poignants dans lesquels des personnels de l’ASSEDIC et de l’ANPE  revendiquent leur refus d’appliquer la directive les enjoignant à transmettre à la préfecture l’identité des étrangers venus s’inscrire ; des directeurs d’école « appel[lent] à la résistance citoyenne contre le fichage des enfants » et affichent leur rejet de l’application « base élève », prévue pour centraliser dans un fichier national les données personnelles des élèves ; des professeurs s’engagent à prendre sous leur protection leurs élèves sans papier menacés d’expulsion, quitte à contrevenir aux lois en vigueur.

Dans Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Manuel Cervera-Marzal va, sur ce point, dans le même sens que Laugier et Ogien. Il affirme que « nous assistons, depuis un peu plus de trois décennies, à un relatif essoufflement des formes de contestation légales (…) et, à l’inverse, à une certaine montée en puissance des modes d’action extralégaux » (Cervera-Marzal, 2016 : 16). Selon lui, les collectifs pratiquant la désobéissance civile se multiplient et la désobéissance civile « s’impose progressivement comme un des modes privilégiés du répertoire contestataire contemporain » (Cervera-Marzal, 2016 : 25).

Comment expliquer cette divergence d’analyse ? Assiste-t-on aujourd’hui à un recul ou à un retour en force de la désobéissance civile ? La différence de contexte dans lesquels les auteurs cités se situent explique en partie leur divergence d’analyse. La réflexion de Milligan s’inscrit principalement dans un contexte anglo-américain tandis que  de celle de Laugier et Ogien d’une part et de Cervera-Marzal d’autre part se situent sur le terrain de l’Europe continentale. La pensée de Milligan est de ce fait marquée par les grandes campagnes américaines de désobéissance civile des années 1950 à 1970. Sans qu’il semble vraiment s’apercevoir de ce présupposé, Milligan ne conçoit la désobéissance civile que dans le cadre de longues « campagnes », portées par des organisations de taille conséquente et soutenues par une « masse critique » représentant un pourcentage important de la population nationale (Milligan, 2013 : 44, 122). Ce prisme le conduit à considérer que si, des années 1950 à 1970, la désobéissance civile était l’un des répertoires d’action majeur, elle est aujourd’hui en retrait. Davantage centré sur la France et l’Europe continentale, Cervera-Marzal dresse une chronologie toute différente (Cervera-Marzal, 2016 : 25-26). Selon lui, de la fin des années 1950 et jusqu’aux années 1970, on trouve bien des prémisses de la désobéissance civile, notamment avec le « manifeste des 121 » contre la guerre d’Algérie ou la lutte du Larzac, mais le mouvement reste balbutiant. Ce n’est qu’à la fin des années 1990 que la désobéissance civile connaît son véritable épanouissement.

Néanmoins, la divergence de terrain n’explique pas tout. Malgré l’apparente prolifération en Europe continentale des appels à la désobéissance civile, certains éléments peuvent conduire à penser que le concept de désobéissance est bien en voie disparition. Ceux qui, aujourd’hui, portent les nouveaux mouvements sociaux entretiennent en effet très souvent un rapport complexe avec ce concept. Alors même que, d’un point de vue phénoménologique, les actions menées ressemblent parfois beaucoup à des actions de désobéissance civile, certains militants rejettent explicitement le syntagme « désobéissance civile » ou se contentent de l’ignorer.

Crédit : Alexas_Fotos / Pixabay – Licence : CC0

Ce rapport de distanciation est particulièrement marqué chez ceux qui, aujourd’hui, désobéissent pour le non-humain. Ceux qui, aujourd’hui, s’engagent en faveur de causes environnementales ou animales sont très souvent amenés à contrevenir à la loi. Pour autant, ils ne pensent pas nécessairement leurs actions comme des actions de désobéissance civile. L’ambition de ce dossier est justement d’interroger le rapport complexe et souvent ambivalent que ceux qui choisissent de désobéir pour le non-humain entretiennent avec le concept de désobéissance civile.

Quel rapport ceux qui désobéissent pour le non-humain entretiennent-ils avec le concept de désobéissance civile ? Utilisent-ils ce syntagme pour qualifier leurs actions ? Le rejettent-ils ? Ou se contentent-ils de l’ignorer ?

S’ils affirment que leur action relève de la désobéissance civile, quelle définition de la désobéissance civile adoptent-ils ? Sont-ils amenés, dans leur pratique, à transformer le concept de désobéissance civile, et de quelle façon ?

S’ils récusent le concept de désobéissance civile, pourquoi le font-ils ? Utilisent-ils alors des catégories alternatives pour parler de leurs actions, et lesquelles ?

Chacune des études de cas présentées ci-après tâchera d’apporter des éléments de réponse à ces questions. Notre attachement aux données empiriques ne nous empêchera pas néanmoins d’accorder une attention soutenue aux concepts. Notre espoir est que l’analyse du concept de désobéissance civile et les observations empiriques trouveront à s’enrichir mutuellement.

Dans une analyse initiale intitulée « Pratiquer la désobéissance civile en faveur du non-humain, une mission impossible ? », Ophélie Desmons pose un premier cadre conceptuel. Il s’agit, en revenant sur une définition couramment admise de la désobéissance civile, de souligner que ceux qui s’engagent en faveur du non-humain peuvent avoir de bonnes raisons de maintenir le concept de désobéissance civile à distance. La question posée est de savoir si, eu égard à cette définition de la désobéissance civile, il n’est pas simplement impossible, lorsqu’on agit pour le non-humain, de penser son action comme une action de désobéissance civile.

Les études de cas, en se penchant sur une action contemporaine de désobéissance en faveur du non-humain, se chargent de mettre à l’épreuve cette analyse conceptuelle initiale.

Dans « La contestation dans la ville : lutter pour ou avec les « non-humains » ?, Une exploration de cinq expériences « environnementalistes » à Rome »,  Beatrice Del Monte et Victoria Sachsé étudient des pratiques de jardinage collectif à Rome, pratiques très souvent illégales ou situées dans une zone grise entre légalité et illégalité. La question est posée de savoir si la catégorie de désobéissance civile, qui n’est pas spontanément mobilisée par les acteurs pour parler de leurs pratiques, peut néanmoins s’y appliquer. Beatrice Del Monte et Victoria Sachsé identifient les caractéristiques communes entre ces pratiques et la désobéissance civile : la dimension publique, la non-violence, un certain rapport aux institutions et au cadre légal. Elles soutiennent néanmoins que plus qu’une lutte pour le non-humain, ce qui se trame dans ces pratiques correspond davantage au développement d’une action avec le non-humain, que les théories de l’écologie politique plus récentes permettent mieux de saisir.

Dans « La désobéissance civile à l’épreuve des Zone à Défendre », Pierre-Guillaume Paris s’intéresse au rapport que les luttes menées dans le cadre des ZAD entretiennent avec la catégorie de désobéissance civile. Il se penche plus particulièrement sur le cas de la ZAD du Testet (barrage de Sivens). Il souligne notamment que les luttes qui se déroulent dans les ZAD ont un caractère radical que la catégorie de désobéissance civile ne permet pas toujours de saisir. Dans les ZAD, il ne s’agit pas simplement de pointer l’injustice d’une loi particulière mais de remettre en question tout un monde et la façon d’y vivre. L’auteur s’intéresse également de près à la difficile question de la violence.  

 

[1]     Des versions préliminaires des textes réunis ici ont été présentés lors des travaux d’atelier de l’Université Européenne d’été 2017 du réseau OFFRES. Je remercie sincèrement Ondřej Švec et Chiara Mengozzi, les organisateurs de cette formidable édition de l’Université d’été. Merci également à Arnaud François, co-directeur du réseau. À titre personnel, je remercie Patrice Canivez qui m’a fait découvrir ce réseau si spécial dont il est l’un des fondateurs.

 

Bibiographie

CARTER, Alan, “In Defence of Radical Disobedience”, Journal of Applied Philosophy, 15.1, 1998, p. 29–47. 

CERVERA-MARZAL, Manuel, Les Nouveaux désobéissants : citoyens ou hors-la-loi ?, Paris, Le bord de l’eau, 2016.

MILLIGAN, Tony, Civil Disobedience : Protest, Justification and the Law, London – New York, Bloomsbury, 2013.

OGIEN, Albert & LAUGIER, Sandra, Pourquoi désobéir en démocratie ?, Paris, La découverte, 2011.  

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search