« La contestation dans la ville : lutter pour ou avec les « non-humains » ? Une exploration de cinq expériences « environnementalistes » à Rome »

Beatrice Del Monte (Université de Turin, Université de Milan, SOMET, NASP)

Victoria Sachsé (Université de Strasbourg, Dyname UMR 7367, AMUP EA 7309)

Résumé

Cet article se concentre sur l’analyse de certaines pratiques de jardinage collectif à Rome, des espaces publics autogérés à travers la participation citoyenne, et co-construites par des acteurs humains et non-humains vivants. Les données présentées sont le résultat d’une recherche ethnographique menée par les auteurs entre 2014 et 2018. Après un bref exposé du contexte socio-politique, nous allons mobiliser le concept de désobéissance civile pour proposer une analyse des actions menées dans ces espaces. Ce faisant, nous examinerons les relations ambivalentes avec les institutions publiques et les activités de mise en réseau des acteurs concernés. Enfin, nous proposons de dépasser une conception classique de la désobéissance civile en faveur d’une interprétation guidée par des théories plus récentes de l’écologie politique, en nous déplaçant d’une idée de désobéissance civile pour les non-humains à une désobéissance avec les non-humains, où l’intentionnalité humaine n’est pas nécessairement au centre de l’action.

Abstract

This article focuses on the analysis of certain practices of collective gardening in Rome, as public spaces self-managed through citizen participation and co-constructed by human and non-human living actors. The data presented is the result of an ethnographic research led by the authors between 2014 and 2018. After a brief introduction to the socio-political context, we will focus on the usefulness of the concept of civil disobedience for the analysis of the actions carried out in these spaces. In doing so, we will examine the ambivalent relations with public institutions and the networking activities among actors involved. Finally, it is proposed to overcome a classical conception of civil disobedience for an interpretation guided by more recent theories of political ecology, moving from an idea of ​​civil disobedience for the non-humans to one with the non-humans, where human intentionality is not necessarily at the centre of the action.

Crédit : Beatrice Del Monte

1. A la rencontre des occupant·e·s du jardin

Une journée de travail collectif est organisée aujourd’hui au jardin. Le rendez-vous est fixé à dix heures du matin. Comme souvent à cette période (début janvier), le ciel est assez nuageux. En traversant le potager, je vois beaucoup de gens qui travaillent dans le jardin pédagogique ou qui s’occupent d’aménager leurs parcelles. En m’approchant, je suis immédiatement frappée par une très forte odeur de fumier qui envahit l’endroit. Sur les bords du chemin qui suit le potager, je vois que beaucoup de petites plantes luxuriantes sont apparues. Celles-ci se développent autour des petites clôtures faites de cannes, qui entourent les parcelles. Les travaux collectifs ont été convoqués pour nettoyer les abords du jardin, où il y a encore beaucoup de déchets. L’objectif final est d’y créer un jardin collectif de fleurs, notamment dédié aux abeilles et aux papillons. En effet, le territoire où est situé ce jardin partagé, était, il y a quelques années, une décharge illégale, qui a été nettoyée par les acteur·rice·s lorsqu’ils ont initié les travaux en 2013.

En me rapprochant, je trouve un petit groupe de jardinier·ère·s décidé·e·s à nettoyer et à biner. Il s’agit d’une grande zone aplatie et terreuse, dont les limites bordant les collines voisines sont parsemées de végétation spontanée (“mauvaises herbes” ou “plantes envahissantes” comme les appellent certain·e·s jardinier·ère·s). Sur les hauteurs qui se déploient sur deux côtés de la zone, la végétation est plus haute, atteignant environ cinquante centimètres. Peu avant le début du bosquet de bambous (qui avant la création des jardins partagés couvrait une grande partie de cette zone) huit ruches orange et jaune ont été placées sur une terrasse. Celles-ci sont gérées par deux jeunes femmes qui ont commencé il y a quelques années à pratiquer l’apiculture. En une seule journée, elles ont nivelé cette parcelle et y ont placé les ruches. Je m’arrête sous la tonnelle au milieu de la zone plate et je pose mes affaires sur une table en bois. L’un des activistes s’approche de moi en souriant. Je lui explique que je n’ai pas de houe, il m’en donne une. Puis il me décrit comment elles·ils ont l’intention de modifier la zone. L’idée est de dégager toutes les plantes « adventices » qui recouvrent les deux buttes, en laissant, si possible, les petites tiges d’arbres et quelques fleurs jaunes présentes. Les autres plantes sont principalement des chardons, des orties, des mauves et des brins d’herbe, qui selon les acteurs humains impliqués dans le processus, poussent très vite et ont tendance à grossir en étouffant toutes les autres plantes. Il faudra couper et arracher les racines avec la houe, puis déplacer les plantes avec les râteaux et les charger sur une brouette, et enfin les accumuler de l’autre côté de la route où une nouvelle zone de compost sera créée.

Non loin il y a Serena, l’une des deux femmes qui gèrent les ruches. Elle est vêtue d’une combinaison blanche qu’elle utilise habituellement pour travailler avec les abeilles. Elle a également l’intention de désherber toutes les plantes présentes sur cette parcelle. Je lui demande si elle se sent à l’aise pour effectuer ces gestes, si elle les a réalisés avant. Elle répond que oui, qu’il lui est arrivé d’autres fois de “nettoyer” des espaces verts et cela lui donne de la satisfaction car elle a envie de prendre soin du territoire où elle vit. À ce stade, je lui demande de façon plus directe, étant donné qu’elle justifie son action comme étant au service de l’environnement, si elle ne se sent pas coupable d’arracher certaines plantes plutôt que d’autres. Sa réponse est que peut-être à un moment donné elle a ressenti cette responsabilité, mais comme il s’agit de plantes qui ont tendance à se multiplier très rapidement et à étouffer toutes les autres espèces, leur présence risque d’appauvrir le sol dans un court laps de temps. Selon sa perspective, elle agit au service du système tout entier. En outre, elle ajoute qu’il y a très peu de variétés d’espèces, cette zone “peut pratiquement être assimilée à une monoculture, ce qui est déconseillé parce qu’une variété d’espèces trop limitée crée un manque de substances variées dans le sol. S’il y a une trop grande quantité de ces plantes, dans quelques années, le sol deviendra complètement sec, et tout risque de mourir”.

Le soleil est maintenant haut et très chaud. On retourne au travail, nous échangeons la houe pour le râteau et nous commençons à rassembler ce qu’on a coupé, en l’amenant vers le bas de la butte. En réalisant cette action, on ramasse de nombreux carreaux, stylos, morceaux de plastique et CD. Fausto attire aussi notre attention pour nous montrer un pouf et une couverture qu’il a trouvé recouverts par la terre. Au même moment, Arianna, l’autre femme qui s’occupe des abeilles, va vérifier l’intérieur des ruches, car d’après les observations des derniers jours, il semble que les abeilles ne travaillent pas beaucoup. C’est qu’il doit y avoir un problème, d’autant qu’elles sont sûres que la reine est encore en vie. Elles décident de réaliser l’ouverture des ruches immédiatement parce qu’il fait chaud et qu’elles veulent essayer de les stresser le moins possible. L’ouverture des ruches avec des températures plus froides leur causerait trop de stress. Au fur et à mesure que le travail progresse, le vert prédominant est remplacé par le brun de la terre qui s’élargit de plus en plus. Parmi les herbes qui ont été ramassées et roulées avec le râteau, un gros ver de terre émerge. Ilaria le ramasse doucement avec ses mains, en le déplaçant au-delà des ruches pour qu’il puisse se sentir à l’aise, parce qu’aujourd’hui nous ne travaillerons pas dans cette zone-là. Derrière moi, dans la zone plate, Carlo, Ettore et Luisa labourent la terre, qui semble très sablonneuse ici. Les deux femmes s’approchent des ruches pour les ouvrir. Elles ne portent pas de protections et se déplacent très calmement, confiantes, bien que beaucoup d’abeilles s’amassent autour d’elles. Agata accumule une masse de feuilles et de racines dans la brouette et les égoutte dans la zone du compost. À ce moment là, il est presque quatorze heures, et nous sommes tou·te·s très fatigué·e·s.

Activisme environnemental de la vie quotidienne

La journée décrite ci-dessus s’est déroulée ces derniers mois dans un jardin partagé de la ville de Rome. Il s’agit d’une typologie d’événements de plus en plus fréquents dans la capitale italienne. En effet, la ville a vu au cours des dernières années une multiplication des jardins partagés urbains et de groupes de citoyen·ne·s[1] et d’associations locales qui ont volontairement choisi de prendre soin de parcs, de plates-bandes ou d’espaces verts publics. Ces groupes compensent souvent les insuffisances de l’administration publique qui n’est pas en mesure d’entretenir ces espaces sur tout le territoire.

Dans cet article nous nous concentrerons sur l’analyse de certaines pratiques urbaines d’autogestion des espaces verts publics dans la ville de Rome. Ce sont des actions menées par des citoyen.ne.s qui, à travers des pratiques matérielles quotidiennes, gèrent et transforment ces espaces verts, en interaction continue avec des acteurs vivants non-humains. Après avoir décrit brièvement le contexte dans lequel s’inscrivent les expériences à l’étude, ainsi que leurs relations avec les institutions publiques locales, nous nous attacherons à évaluer la pertinence de l’utilisation du concept de désobéissance civile pour comprendre les pratiques qui guident les transformations spatiales quotidiennes qui se déroulent dans ces espaces. Nous proposerons alors le dépassement d’une conception plus classique de la désobéissance civile, en faveur d’une lecture guidée par des théories plus récentes d’écologie politique (Bennett 2010, Kull 2008, Latour 1993).

Aujourd’hui, des pratiques d’autogestion et de participation citoyenne dans l’aménagement des espaces verts publics se diffusent dans de nombreuses villes de pays hautement industrialisés, prenant des formes différentes selon les contextes (Marres 2012 ; Schlosberg, Cole 2015). Ces jardins font partie d’une large gamme d’activités citoyennes environnementales enracinées dans la vie quotidienne. Ces actions sont menées par des citoyen·ne·s qui ne partagent pas toujours la même vision ou idéologie politique, mais qui choisissent de travailler ensemble à travers des pratiques matérielles (Bennett 2010) pour atteindre un objectif commun (Marres 2012). Elles représentent donc des pratiques de transformation des territoires urbains et de protection des espaces verts publics. On peut souligner que, bien que tous les membres n’aient pas forcément la même vision, il y a une structuration en réseau face à l’administration locale pour se présenter comme un interlocuteur uni. Ces rapports entre initiatives citoyennes et administration locale dans le contexte romain sont très complexes et contradictoires comme nous le verrons plus loin. En effet, une zone à la frontière entre la légalité, l’illégalité et l’informalité se crée dans laquelle ces groupes de citoyen·ne·s évoluent pour poursuivre leurs actions.

Crédit : Beatrice Del Monte

2. La désobéissance civile, un concept en recrudescence ?

Comme point de départ, nous nous appuierons ici notamment sur la définition de la désobéissance civile proposée en introduction de ce dossier pour interroger les pratiques et les discours à l’œuvre au sein des expériences étudiées. Ainsi, la définition que Rawls propose est la suivante :

 « La désobéissance civile peut, tout d’abord, être définie comme un acte public, non violent, décidé en conscience, mais politique, contraire à la loi et accompli le plus souvent pour amener à un changement dans la loi ou bien dans la politique du gouvernement. En agissant ainsi, on s’adresse au sens de la justice de la majorité de la communauté et on déclare que, selon son opinion mûrement réfléchie, les principes de la coopération sociale entre des êtres libres et égaux ne sont pas actuellement respectés » (Rawls, 1971 : 404).

On peut souligner ici que les registres d’action de la désobéissance civile ont été, dans un premier temps, associés à un certain type de luttes notamment les luttes anticoloniales et sociales. Cependant, dans les années 1960-1970, la désobéissance civile « se déploie sur de nouveaux terrains : l’écologie et l’altermondialisme » (Hayes, Ollitrault, 2015 : 50). L’exercice auquel nous nous prêtons dans cette partie est d’interroger le rapport qu’entretiennent les cinq initiatives étudiées avec le concept de désobéissance civile. D’abord, un tour d’horizon des cas d’étude et de leur contexte est nécessaire pour appréhender les tenants et les aboutissants de telles expériences pour ensuite les faire dialoguer avec le concept de désobéissance civile et mettre en évidence les éléments qui ont trait à cette notion.

2.1. Structuration d’un maillage associatif environnemental dans le contexte romain

Le contexte romain est connu pour s’être, en grande partie, développé en dehors des cadres de planification institutionnelle classique (Cerasoli 2008; Certomà 2016a ; Insolera 1976). En effet, les institutions et l’administration de la ville fournissent des services irréguliers. Nous verrons plus loin dans quelle mesure cela affecte l’action des initiatives étudiées. C’est un territoire qui est soumis à des enjeux de corruption et de spéculation qui fragilisent le tissu urbain (Berdini 2008 ; Insolera 1976). Ainsi, c’est dans un climat de défiance envers les représentant.e.s politiques, qui se lit notamment à travers une abstention marquée (Sabbadini 2006) et une vision critique de l’administration et de la bureaucratie italienne, et romaine plus particulièrement, que s’insèrent les expériences à l’étude. En effet, la plupart des acteur·rice·s interrogé·e·s évoquent la lenteur et les dysfonctionnements de la bureaucratie italienne pour contextualiser et justifier leurs actions et en expliquer, entre autres, le déroulement et les blocages.

Les cas étudiés[2] ici sont distincts mais connectés notamment parce que certains membres participent à plusieurs de ces expériences ou parce qu’ils se côtoient au sein d’un réseau. On a affaire à un maillage d’expériences (Fourniau, Labbouz, Missoffe 2017) qui se complètent, se rencontrent et parfois s’opposent. Nous avons choisi d’étudier deux potagers urbains partagés (orti urbani condivisi), le réseau Ortincomune dont les deux potagers font partie depuis le début du processus de mise en réseau, le comité du parc Commodilla ainsi que la Coalition pour les biens communs (Coalizione per i beni comuni). Le choix des terrains s’est construit de manière inductive. Nous avons commencé nos observations et entretiens au sein des potagers, puis en suivant leurs activités et leurs différents engagements, nous avons décidé de suivre leurs activités au sein des deux réseaux (Ortincomune et Coalizione per i beni comuni), ce qui nous a permis d’élargir nos réflexions à un ensemble d’initiatives citoyennes sur le territoire romain.

Les deux potagers étudiés, que nous appellerons ici, potager 1 et potager 2, ont été créé respectivement en 2009 et en 2013. Le premier est le fruit d’une longue lutte de défense d’un terrain qui était soumis à la spéculation immobilière. On peut noter ici que la défense de ce terrain est antérieure au projet de potager qui s’est ensuite imposé comme solution pour permettre une présence permanente et continue sur le lieu à « défendre » et à valoriser sur le plan écologique. La dynamique de lutte contre la spéculation naît à l’initiative d’associations environnementales dont la plus active est Legambiente[3]. Le deuxième potager, en revanche nait en 2013. Le projet horticole, projeté depuis le début, est accompagné par une démarche d’appropriation d’un espace public sur laquelle nous reviendrons plus tard.

Aujourd’hui, le premier potager est une expérience qui réunit environ 150 membres qui entretiennent le jardin et le verger qui s’étendent sur 4,5 hectares. Le deuxième compte plus de 300 jardiniers et s’étend sur 2.8 hectares. Les deux potagers sont composés de parcelles individuelles qui sont souvent cultivées par des familles, des groupes d’ami·e·s ou des associations, et d’espaces communs, entretenus lors de travaux collectifs ou par des groupes de travail (entretien, jardin urbain, potager didactique, serre…). Ces deux potagers font partie du réseau Ortincomune, dont les prémices ont vu le jour en 2012, suite à la formation d’un groupe composé d’associations de potagers urbains.

Les deux derniers acteurs sont le comité du parc Commodilla, créé en mars 2013 et la Coalition pour les biens communs active depuis janvier 2018. Le parc Commodilla, géré par le comité du parc Commodilla, est situé dans la périphérie consolidée dans le sud de la ville. Il est géré par un groupe de bénévoles qui, suite aux manques de l’administration publique, ont formé un comité et ont choisi de s’occuper collectivement et volontairement de la gestion et de l’entretien de la zone, en collaborant également avec d’autres associations actives dans le quartier.

La Coalition pour les biens communs, créée le 12 janvier 2018 réunit plus de 100 initiatives citoyennes avec pour objectif de faire approuver le « règlement d’administration partagée des biens communs ».

On peut noter que les trois initiatives, les deux potagers et le comité du parc, font partie de la Coalition pour les biens communs. Il y a donc un enchevêtrement d’acteurs, de revendications et d’actions qui illustrent une tradition d’engagement local relativement enracinée.

2.2. Des expériences désobéissantes ?

Dans un premier temps, nous nous sommes demandé comment les acteur·rice·s envisagent leur action et s’ils·elles se revendiquent de la désobéissance civile, étant donné que ce répertoire est mobilisé en tant que tel par certain·e·s activistes et militant·e·s.

Si l’on s’en tient au discours produit par les acteur·rice·s étudié·e·s, elles·ils ne se réclament pas de la désobéissance civile à l’exception d’un membre du potager 2 qui l’a mobilisé lors d’une réunion. On peut affirmer que le discours et les revendications de ces acteur·rice·s ne se construisent pas autour du vocabulaire et de l’imaginaire de la désobéissance civile. Néanmoins, ils ne la rejettent pas non plus. Lorsque nous avons demandé explicitement lors des entretiens si cette notion leur semblait pertinente pour décrire leurs actions, ils·elles ont répondu que leurs expériences pouvaient être considérées comme désobéissantes.

Nous explorons les différentes caractéristiques de la désobéissance civile telle qu’elle est, par exemple, définie par Rawls, pour comprendre si les expériences étudiées peuvent en être rapprochées ?

Celles que nous explorerons ici sont la dimension publique, la non-violence et le rapport aux institutions et au cadre légal. Ce dernier élément sera central dans notre analyse. En effet, nous avons rencontré chez les expériences étudiées la volonté de changer la loi, en la transgressant si cela s’avère nécessaire à un moment donné. Cet élément permet d’opérer un rapprochement pertinent avec la désobéissance civile.

2.3. La dimension publique

La dimension publique de ces initiatives se révèle différemment selon les initiatives étudiées mais représente une constante. Concernant les deux potagers, l’objet de leur action consiste dans le fait d’occuper un espace public pour le transformer. En effet, les deux initiatives se situent sur des espaces publics considérés négligés ou en proie à de la spéculation immobilière. La situation du parc est un peu différente mais représente également un cas de gestion d’un espace public par des citoyen·ne·s. L’administration locale qui était en charge de l’aménagement du parc avait cessé de s’en occuper en raison d’un manque de financements. C’est pour cette raison qu’un groupe de citoyen·ne·s du quartier qui fréquentaient habituellement le parc a décidé de se constituer en comité et de prendre soin de l’aménagement du parc. Après une longue négociation avec les institutions publiques, ils ont gagné l’autorisation de gérer le parc, qui ne prévoit pour le moment que l’entretien de l’espace vert, activité qu’ils·elles continuent à mener de façon informelle.

Le réseau Ortincomune créé, entre autres, par les deux potagers urbains partagés à l’étude ici, en devient le porte-parole au niveau des institutions et constitue donc un élément crucial dans la publicisation des enjeux. Il s’est progressivement positionné comme interlocuteur de l’administration. En effet, l’association a, dès 2012, rencontré un membre de l’administration capitoline en charge des potagers urbains pour rédiger un « règlement des potagers urbains ». Comme explique l’un des membres d’un jardin et de l’actuel réseau Ortincomune :

Le règlement naît de la nécessité de rendre les projets de potagers urbains le plus souples possible pour les faire sortir de la dimension d’illégalité, de semi-légalité dans laquelle ils se situent (entretien avec Giovanni, février 2018).

Finalement, ce groupe rédige une proposition de règlement qui sera connue sous le nom de « delibera 38 ». Ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, c’est la manière dont ce groupe, qui avait pour objectif initial la rédaction d’un texte, s’est progressivement transformé pour devenir un acteur clef dans le débat local autour des enjeux de gestion du « vert urbain » et notamment des jardins partagés. En effet, aujourd’hui le réseau se présente comme réunissant des  « individus, groupes et associations qui se soucient du vert urbain, de la biodiversité et de l’inclusion sociale ». Elles·ils revendiquent la diversité de leurs membres : « représentants d’institutions et d’universités qui partagent la même passion pour un projet global de reconversion écologique de la ville sous le signe de la lutte contre la consommation du sol, de l’autoproduction et d’une approche critique de la consommation alimentaire ». Enfin, les acteur·rice·s de ce réseau se positionnent comme étant « les protagonistes[s] d’une étape institutionnelle importante avec la constitution d’un conseil pour le « vert » et pour les potagers à Rome »[4].

Enfin, la Coalition pour les biens communs se présente comme un « réseau informel d’initiatives (…) avec pour objectif de faire approuver par la Ville de Rome (Comune di Roma) un règlement pour la gestion, l’entretien et la régénération partagés des biens communs ». On peut noter ici que la Coalition est composée de 167 initiatives relativement diversifiées : des comités de quartier, des associations de potagers urbains, diverses branches de Legambiente, des associations environnementales, mais aussi des associations comme Retake Roma qui sont empreintes d’une vision conservatrice du bien commun avec un sens de l’ordre particulier[5].

2.4. La non-violence

Deuxièmement, outre la dimension publique des expériences étudiées, on peut affirmer que les acteur·rice·s observé·e·s agissent également selon des principes non violents, bien que cela ne soit pas forcément revendiqué. De fait ils n’ont pas un répertoire d’action qui fait appel à la violence. L’action la plus « violente » qui a pu être menée par les acteur·e·s étudié·e·s remonte au début de la mise en place du potager 2. Alors que la police avait mis un ruban pour empêcher l’accès au parc, les volontaires ont coupé le ruban pour accéder au parc et continuer les activités de nettoyage et d’entretien de la zone. A cause de cet acte, l’actuel président de l’association a reçu une plainte.

En général, les cinq initiatives étudiées s’inscrivent dans des registres d’action non violents et procèdent à des actions qui s’inscrivent dans la sphère institutionnelle.

2.5. Un certain rapport au cadre légal

Ainsi, et comme dernier élément caractéristique de la désobéissance civile, on peut noter que les groupes observés ne rejettent pas les institutions de manière radicale. En effet, les actions de désobéissance civile s’inscrivent toutes dans la reconnaissance des institutions. Comme le souligne Milligan, « la désobéissance civile implique (…) l’infraction de la loi promulguée par une institution tout en acceptant l’autorité de cette institution »[6] (Milligan 2013 : 11). L’objectif des actions menées par les acteur·rice·s des expériences étudiées est de faire reconnaître leurs initiatives, leur donner un cadre, des moyens d’actions légaux :

Ton interlocuteur reste la Ville (il Comune) (…) nous avons eu un rapport avec la municipalité (il Municipio), des conflits aussi, mais nous étions toujours reconnus. La municipalité a toujours cherché, pas toujours avec des résultats efficaces, à faciliter notre échange avec la Ville. (Entretien avec un des représentants du Comité du parc Commodilla, 7 février 2018)

Les initiatives étudiées entretiennent un dialogue avec l’administration, et ce sur toute la période d’étude (nos premiers terrains remontent à août 2014 et vont jusqu’à février 2018).

Cependant, elles franchissent toutes à un moment donné la frontière de la légalité. On observe que ces situations se présentent sous différentes formes. Dans un premier cas, ces situations se présentent du fait d’un manquement de la part de l’administration ou d’un temps de réaction que les citoyen·ne·s estiment trop long . Parfois, du fait de l’absence de règlement officiel, des décisions se prennent, notamment concernant la construction de structures comme le système d’irrigation, les toilettes ou les cabanes pour ranger les outils. Comme on l’a vu, les expériences justifient leurs actions en évoquant des valeurs « supérieures » qui légitiment l’infraction à la loi. En effet, les acteur·rices étudié·e·s expliquent que l’administration locale (de la municipalité et/ou de la ville) est défaillante ou manque à son devoir. Dans les cas étudiés, une mauvaise gestion de l’espace public est pointée. Ainsi, les valeurs évoquées pour justifier l’intervention sont notamment la nécessité de gérer le bien commun, de promouvoir des activités d’intérêt général et de protéger l’environnement.

Concernant l’administration et sa réaction à ce genre d’initiatives, on peut dire qu’elle a une position ambivalente. Les responsables ferment les yeux sur certaines actions lorsqu’ils estiment que la situation est préférable ainsi. En effet, des citoyen·ne·s volontaires, bénévoles, nettoient, entretiennent, animent un espace public, ce qui ne coûte rien à l’administration.

Après quelques années, on nous a confié la gestion du lieu (mais) Il n’existe aucune convention ou contrat de gestion signé entre nous et la ville. (…) Beaucoup d’actes sont non autorisés. Tolérés, appréciés mais non autorisés. (Entretien avec un des représentants du Comité du parc Commodilla, 7 février 2018)

En outre, l’administration la plus récente continue de fermer les yeux sur ces actions, c’est-à-dire n’engage pas de poursuite ou n’expulse pas les initiatives du territoire public. Cependant, elle demande des primes d’assurance très élevées pour se couvrir, ce qui engendre un problème d’accès à ces espaces puisque les personnes qui n’ont pas les moyens financiers pour se payer cette assurance ne pourront pas y avoir accès.

En effet, les initiateurs du projet demandent à l’administration l’autorisation de pouvoir nettoyer une partie du parc, devenue une décharge illégale[7] et commencent les travaux avant d’avoir obtenu une réponse favorable :

En novembre, j’ai commencé à demander au bureau technique, (à celui) des potagers urbains. Ils m’ont répondu après trois semaines… les délais de la bureaucratie italienne ont toujours été comme ça… (…) Si nous attendons l’autorisation, le groupe va finir par se désagréger et l’histoire s’arrêtera là. 15 jours après avoir présenté la demande, nous sommes venus ici. Nous avons mis un panneau sur lequel (nous avons écrit) qui nous sommes, ce que nous voulons réaliser et que nous avions présenté une demande à la ville. (…) Nous voulions montrer que nous avions présenté ce projet à la ville, qu’ils avaient accepté cette demande (Entretien avec l’initiateur du potager 2, 19 juillet 2017).

Ces expériences tendent donc vers une reconnaissance et une inscription dans la loi mais pas nécessairement à une institutionnalisation dans le sens où les initiatives interrogées désirent maintenir une certaine souplesse dans la gestion et l’organisation de leurs espaces et de leurs activités.

Disons que ça nous arrangerait tous mais la contradiction réside aussi dans le fait que si tu affilies à une administration de proximité la gestion, l’organisation du potager urbain, tu risques d’avoir une parcellisation…ou toutefois que ça devienne une autre source de contrôle social, appelons-le comme ça, pour cela disons que nous cherchons, même dans ces règlements, la possibilité que les associations deviennent des acteurs centraux. (Entretien avec un des responsables du potager 2, 30 janvier 2018)

Ces expériences aimeraient être reconnues comme légitimes sans être cependant limitées par un cadre légal trop contraignant.

Dans cette partie, nous avons donc établi que les initiatives étudiées peuvent s’insérer dans une lecture qui correspond au registre de la désobéissance civile.

Cependant, si l’on reprend la définition de Rawls selon laquelle « il est souhaitable de limiter la désobéissance civile aux infractions graves au premier principe de la justice, le principe de la liberté égale pour tous » (Rawls, 1971 : 411) et qu’on rappelle que le premier principe est celui qui porte sur les libertés et droits humains fondamentaux, la lutte « pour » le non-humain semble exclue de la désobéissance civile. Peut-on, en observant l’évolution des pratiques de désobéissance civile, élargir ce concept et l’appliquer à la désobéissance pour le non-humain ?

En réalité, il nous semble plus pertinent de dépasser cette conception et d’explorer l’idée selon laquelle la désobéissance ne se fait pas pour mais avec le non-humain. Pour ce faire, nous mobiliserons ci-dessous des théories socio-environnementales.

Crédit : Beatrice Del Monte

3. Désobéir “avec” les non-humains : les jardins partagés comme espaces de co-construction

Notre interprétation est inspirée par le complexe des théories socio-environnementales qui, dans les sciences humaines et sociales, ont réfuté l’universalité de la dichotomie nature / culture (Descola 2007, De Castro 2009, Latour, 1993, 2004 ; Rival 1998). Ces théories ont montré que cette dichotomie est le produit d’un système de pensée situé dans l’espace et dans le temps (la pensée eurocentrique qui s’est établie depuis les Lumières). Cette division, par un mécanisme de « purification », a séparé le monde en deux catégories distinctes : la culture d’un côté (les sujets humains), et la nature de l’autre (les non-humains), en imposant entre les deux des frontières infranchissables (Latour 2004). Ces théories montrent comment le monde est au contraire un hybride co-construit par des interactions continues entre les deux groupes culturellement déterminés. L’environnement n’est donc pas une toile de fond dans lequel les sujets humains se déplacent, mais un ensemble de relations entre humains et non humains, relations qui peuvent être marquées par le respect ou l’abus, et qui est donc caractérisé par des transformations continues (Kull 2008).

Les espaces envisagés dans cet article se configurent comme des espaces co-construits (Latour 1987 ; Murdoch 2001) à travers l’action collective des humains et des non-humains vivants. Ces différent·e·s acteur·rice·s interagissent continuellement, transformant le paysage. Comme nous l’expliquerons en détail ci-dessous, la désobéissance mise en œuvre par les acteur·rice·s humain·e·s qu’on a étudié peut être considérée comme une désobéissance « pour » les humains et « pour » les non-humains, comme c’était le cas dans une conception plus classique de la désobéissance civile. Cependant, ici, nous proposons une lecture de la désobéissance « avec » les non-humains, où l’action collective se développe parfois même au-delà de l’intentionnalité humaine. En effet, c’est avec les non-humains vivants qu’ils·elles forment des alliances continues, dans la création de ces espaces urbains publics.

Comme l’explique l’un des jardiniers interviewé :

« Il y a un environnementalisme du discours et un environnementalisme de la pratique. Le jardin urbain c’est un environnementalisme de la pratique. Ici vous pouvez trouver des gens qui ne s’y connaissent pas en éolien et en photovoltaïque (…) mais qui avec un esprit très intuitif se sont rendus compte que c’est une démarche (…) qui a beaucoup à voir avec la possibilité de construire un meilleur équilibre au sein d’une réalité qui est évidemment disproportionnée (…) comme peut l’être celle d’une grande ville » (Entretien avec Federico, février 2018, potager 2).

L’ouverture de ces espaces à des animaux non humains est dans certains cas encouragée et explicite, comme dans le cas des chiens dans le parc Commodilla. Cette ouverture présente cependant également le risque de générer des conflits latents, en l’occurrence entre les personnes et les chiens, entre les adultes et les enfants, entre propriétaires de chiens et les autres. En effet, il arrive que les enfants (et leurs parents) soient effrayés par les chiens, et vice versa que les chiens soient effrayés par les enfants. C’est pourquoi les volontaires ont décidé de mettre en place un cours d’éducation cynophile dans le but de permettre aux deux communautés de se connaître et de se rapprocher. L’objectif principal était d’éduquer les enfants à la présence des animaux dans le parc, de leur expliquer comment les approcher, comment reconnaître leurs signes. L’enseignement consistait également à expliquer pourquoi il ne faut pas courir et crier en face des chiens, puisqu’il s’agit de comportements que les chiens peuvent interpréter comme des signaux de jeu (ou de danger), en transformant une situation de jeu en une situation traumatisante. Cette démarche a partiellement fonctionné. Les deux communautés ont commencé à se rencontrer, et les personnes avec des chiens ont modifié certains comportements. Il s’agit d’un long processus qui, selon les volontaires, servirait à créer un modèle de coexistence qui ne crée pas des ghettos[8] (en ne divisant pas le parc entre une zone à usage exclusif des chiens et une à usage exclusif des enfants).

Les abeilles figurent également parmi les acteur·rice·s non humains explicitement accueilli·e·s par les volontaires dans les deux jardins étudiés. Comme l’explique l’un des jardinier·ère·s interrogé·e·s, en Italie, les abeilles sont menacées d’extinction, principalement en raison d’un parasite non endémique contre lequel les abeilles ne peuvent pas se défendre. C’est la raison pour laquelle les jardinier·ère·s ont décidé de créer des ruches pour accueillir des familles d’abeilles. Dans l’un des deux jardins, par exemple, un traitement avec des composés non-chimiques (composés principalement de thymol) pour les protéger contre le parasite est appliqué régulièrement. Comme l’introduction l’a décrit, pendant les travaux de nettoyage dans l’un des deux jardins partagés analysés, des variétés de fleurs particulièrement appréciées par les abeilles sont plantées. De plus, au fil du temps, les jardinier·ère·s ont réalisé que la qualité des légumes cueillis s’est beaucoup améliorée grâce à la pollinisation faite par les abeilles. Cette relation peut alors être lue comme une alliance puisque les jardinier·ère·s créent des espaces pour les abeilles et les soignent. En « échange », les abeilles améliorent la pollinisation des plantes de la zone. Cette alliance n’est pas nécessairement articulée autour de l’intentionnalité humaine. Par exemple, au cours de l’un des nombreux jours passés dans l’un des deux jardins, on a noté dans l’une des parcelles, la présence accrue de broccoletti (une variété de légumes locaux) qui étaient tous en fleurs et n’étaient donc plus comestibles pour les humains. A ce stade de leur développement, les plantes se présentent comme une extension de fleurs jaunes et vigoureuses. On demande alors au jardiner qui dirige cette parcelle la raison pour laquelle il ne les a pas enlevés. Celui-ci explique que bien que non comestibles pour les humains, ils sont très appréciés par les abeilles qui en extraient le pollen. C’est pourquoi il a décidé de les laisser, jusqu’à ce qu’elles se fanent. En effet, en posant notre regard et en commençant à observer attentivement, on note une activité importante. La zone était pleine d’abeilles, posées sur les fleurs ou en vol stationnaire. Puis, en regardant les ruches, en scrutant attentivement, on distingue clairement un très grand nombre d’abeilles dans la partie antérieure, prête à partir ou à revenir.

Dans les deux jardins potagers, il est interdit d’utiliser des pesticides ou des herbicides. Les plantes doivent être cultivées exclusivement en utilisant des techniques qui entrent dans la catégorie de l’agriculture biologique. Il est en outre interdit d’utiliser du cuivre vert, un fongicide autorisé dans les directives européennes pour l’agriculture biologique mais nuisible pour le sol et les strates aquifères. Pour faire face à la prolifération d’escargots et de parasites, particulièrement attirés par les plantes potagères, surtout suites aux pluies, un des jardiniers a recouru à l’alliance des plantes d’absinthe, qu’il a plantées au bord de sa parcelle, près de la porte d’entrée et disséminées parmi les plantes de sa parcelle. L’absinthe éloigne les escargots et autres insectes qui mangent les plantes du jardin. Comme il nous l’a expliqué, cette technique a très bien fonctionné : il y a très peu d’escargots malgré la pluie et alors qu’ils sont présents dans les jardins voisins, et les feuilles cultivées ne sont pas mangées par les insectes ou les parasites.

Cependant, il apparaît que pour les acteurs humains impliqués, les non-humains vivants ne sont pas égaux. Des hiérarchies sont toujours construites, comme on le voit dans la description introductive de notre texte. On l’a vu, pour les jardiniers·ère·s, il y a des plantes qui ont le droit d’être plantées et de grandir, d’autres qui doivent être éradiquées. Les plantes les plus soignées sont souvent celles qui ont une fonction alimentaire, esthétique ou ornementale selon une perspective humaine. En outre, il y a des insectes qui bénéficient des soins des humains, comme les abeilles ou des vers de terre, qui, comme on l’a vu, sont pris en compte et protégés dans les pratiques de culture et que les jardiniers·ère·s prennent soin de ne pas endommager. En ce qui concerne d’autres non-humains cependant, comme les mollusques ou les parasites, des techniques visant à les éliminer sont mises en place, surtout s’ils deviennent un danger pour des insectes (abeilles) ou pour certaines plantes (légumes) avec lesquels les humains ont construit des relations désirées.

Mais ce phénomène d’assemblage ne se réalise pas toujours. D’abord parce que, dans les relations créées, les humains se placent toujours au centre comme référence, mais aussi parce qu’ils estiment que l’ensemble du collectif multi-espèces peut se rééquilibrer et bénéficier de leurs interventions.

Malgré cela, il est évident que les mêmes plantes qui sont dans certains cas exclues par l’humain (des chardons, des mauves, des orties et d’autres variétés considérées comme envahissantes) émergent avec leur agency[9], au-delà de l’intentionnalité humaine. En effet, ces espèces de plantes, exclues de certaines régions du jardin, réapparaissent un peu plus loin, le long des sentiers et dans les jardins cultivés.

Crédit : Beatrice Del Monte

4. Conclusions

Les cas étudiés dans cet article ne mobilisent pas explicitement le cadre de la désobéissance civile pour décrire leurs pratiques. Leurs actions partagent néanmoins un certain nombre de caractéristiques avec la désobéissance, notamment une dimension publique explicitement revendiquée, une forme d’action non-violente,  la reconnaissance des institutions publiques et de la loi, la volonté de changer la loi, en la transgressant si cela est nécessaire à un moment donné.

C’est la raison pour laquelle nous avons jugé pertinent de mobiliser la catégorie de désobéissance civile pour notre analyse. Il a néanmoins, dans un deuxième temps, fallu l’enrichir en puisant dans les théories plus récentes de l’écologie politique.

Les espaces qu’on a étudiés sont en effet co-construits à travers des pratiques matérielles quotidiennes. Les acteur·rice·s humains impliqué·e·s ne se focalisent pas uniquement sur un plan sémiotique qui serait centré autour d’un discours environnementaliste (tel que l’exprime un jardinier dans un extrait d’un entretien cité plus haut). Elles·ils mettent en œuvre des pratiques quotidiennes constituées d’actions matérielles. Ces actions peuvent aussi être mises en œuvre par des humains qui ne partagent pas nécessairement la même idéologie, mais qui ont des objectifs communs. C’est ce passage d’un plan essentiellement discursif à un plan essentiellement matériel qui nous a permis d’étendre notre analyse aux non-humains vivants (voir par exemple Bennett 2010 ; Certomà 2016b ; Latour 2004 ; Marres 2012). Nous avons donc décidé de proposer une lecture des pratiques mises en place par les humains non seulement comme désobéissance « pour » les non-humains, mais aussi comme désobéissance « avec » les non-humains. Ce choix met en évidence les interactions et les alliances (ou conflits possibles) en cours dans la transformation spatiale continue, franchissant les frontières de l’intentionnalité humaine.

En partant de ce point d’observation, la dichotomie même entre protection et exploitation de l’environnement peut être poussée à sa limite. Cette dichotomie est dérivée d’une conception de la « nature » en équilibre, et de l’idée de la nécessité de la conservation des écosystèmes en dehors de toute forme de perturbation humaine (Kull, Pamard et al. 2012). Elle a été déterminée par une conception de la « nature » conçue comme séparée des êtres humains. L’écologie a cependant réfuté ce point de vue, en reconfigurant les écosystèmes comme “thermodynamiquement ouverts, dynamiques, instables, et évoluant de manière chaotique et non indépendante des activités humaines présentes ou passées” (Kull, Tassin 2012: 405- 406). Cela  remet en question la conception moderne, qui avait tendance à voir la nature et les êtres humains comme des ensembles distincts, et attribue aux espèces non humaines, ainsi qu’aux écosystèmes en général, leur dimension sociale (Kull, Tassin 2012). Dans ce contexte, l’environnement ne devrait plus être divisé en parties déconnectées, en parties à protéger ou à exploiter et à commercialiser, mais considéré dans la multidimensionnalité de son intégralité hybride[10].

Les jardins que nous avons analysés semblent donc produire précisément cette tentative de surmonter la mutilation des territoires entre des zones à hyperexploiter et des zones à conserver intactes, à l’abri de l’action humaine. Ils amènent dans la ville un mode d’action qui déplace l’horizon d’interaction d’une « nature purifiée » et en équilibre, à un « environnement » fruit d’interactions continues entre humains et non-humains, caractérisées par des interactions qui peuvent être menées avec respect, mais qui peuvent aussi générer des conflits. Comme on l’a vu, c’est exactement par des négociations matérielles entre individus humains et non humains que ces espaces s’agencent perpétuellement.

Bibliographie

Bennett, J. (2010) Vibrant matter, Duke University Press, Durham and London.

Cerasoli, M., (2008) Periferie Urbane Degradate. Regole insediative e forme dell’Abitare, Cittalia – ANCI Ricerche.

Certomà, C., (2016a) « A new season for planning: urban gardening as informal planning in Rome  », Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, Vol. 98, n. 2, pp. 109-126.

Certomà C., (2016b) Postenvironmentalism. A material semiotic perspective on living spaces, Springer, New York.

De Castro, V., (2009) Métaphysiques cannibales, PUF, Paris.

Descola, P., (2007) Diversità di natura, diversità di cultura, Mountreuil, Book time.

Bobbio N., Matteucci N., Pasquino G. (dir.), Dizionario di politica, Utet, 1992, pp. 316-320.

Fourniau, Labbouz, Missoffe, Compte-rendu, Atelier de réflexion prospective n°2 : « élaborer l’agenda des recherches », Programme Cit’in – Expérimentations démocratiques pour la transition écologique, 19 et 20 décembre 2017.

Haraway, D., (2014) Anthropocene, Capitalocene, Plantationocene, Chthulucene: Making Kin, Environmental Humanities, vol. 6, 2015, pp. 159-165

Hayes, G., & Ollitrault, S. (2015). La désobéissance civile. Presses de Sciences Po.

Insolera, I., (1976) Roma ModernaUn secolo di storia urbanistica 1870-1970, Torino, Einaudi.

Latour, B., (1987), Science In Action: How to follow scientists and engineers through society, Cambridge, MA. : Harvard University Press.

Latour, B., (1993) We have never been modern, Harvard university press. Cambridge.

Latour, B., (2004) Politics of nature, Cambridge and London, Harvard university press.

Marres, N., (2012) Material Participation, Technology, the Environment and Everyday Publics, Palgrave Macmillan, New York.

Milligan, T., (2013) Civil Disobedience Protest, Justification and the Law, Bloomsbury publishing, London.

Kull, C. (2008) Landscapes of fire: origins, politics, and questions, in B. David, J. Thomas (a cura di), Handbook of landscape archeology, Left coast Press, Walnut creek.

Kull, C., Pamard, B. et al. (2012) “The introduced flora of Madagascar”, Biological invasions, Vol. 14, n. 4, pp. 875-888.

Kull, C., Tassin, J. (2012) “Pour une autre représentation métaphorique des invasions biologiques”, Natures, sciences, sociétés, Vol. 20, n. 4, pp. 404-414.

Moore, J.,  (2016) « The Capitalocene, Part I: on the nature and origins of our ecological crisis », The journal of peasants studies, Volume 44, N. 3, pp. 594-630.

Murdoch, J., (2011) « Ecologising Sociology: Actor-Network-Theory, Co-Construction and the Problem of Human Exemptionalism », Sociology, Sage Publications, Vol 35, N. 1, pp.111-133.

Passoth, J.H., Peuker B., Schillmeir, M. (2012), Agency without actors? New approaches to collective action, Routledge, Oxon, New York.

Ribeiro Corossacz, V., Gribaldo, A., (2010), La produzione del genere, Ombre corte, Verona.

Rival, L., (1998) (edited by), The Social Life of Trees: Anthropological Perspectives on Tree Symbolism, Bloomsbury publishing, London.

Sabbadini, L., (2006) Partecipazione politica e astensionismo secondo un approccio di genere, Roma, 28 pp. 02-06.

Schlosberg, D., Cole, R., (2015) The new environmentalism of everyday life: Sustainability, material flows and movements, in Contemporary Political Theory, Vol. 15, n.2, pp. 160-181.


[1]     Dans cet article nous utilisons le terme « citoyen » comme terme provenant du terrain. En effet, les acteur·rice·s étudié·e·s se qualifient de manière récurrente par ce terme. Nous ne développons pas d’analyse critique du terme dans cet article mais la démarche sera effectuée dans des travaux ultérieurs.

[2]     Tous les éléments recueillis proviennent de nos travaux de recherche réalisés dans le cadre du doctorat. Ayant des terrains communs, nous précisons ici que l’extrait de journal de terrain ainsi que les entretiens du 30 Janvier, du 7 et du 13 Février 2018 ont été fourni par Beatrice Del Monte et l’entretien du 19 juillet 2017 par Victoria Sachsé. L’élaboration de la réflexion et la rédaction est le fruit d’un travail conjoint.

[3]     Legambiente naît en 1989, héritière des premiers noyaux écologistes et du mouvement anti-nucléaire qui s’est développé en Italie et dans le monde à partir des années 1970. (https://www.legambiente.it/legambiente/chi-siamo). C’est une association nationale qui a des branches locales dont la branche Garbatella (quartier du sud de Rome) est très active.

[4]     Les extraits de ce paragraphe proviennent d’un tract rédigé dans le but de présenter le réseau lors de l’inauguration d’un potager le 30 septembre 2017.

[5]     Ici, nous étudions la Coalition comme un porte-parole mais un travail approfondi sur sa structuration et ses composantes sera nécessaire pour saisir l’ensemble des enjeux qui animent ce réseau.

[6]     Traduction par les auteures.

[7]     En italien, le terme abusivo est plus approprié mais n’a pas d’équivalent français. L’entrée abusivismo du glossaire de l’ouvrage de Berdini, La città in vendita. 2008. Donzelli, Roma est un signe de l’existence de ce phénomène particulier qui concerne 20% de la capitale italienne. L’abusivismo est défini comme les zones non prévues dans la planification urbaine (piano regolatore).

[8]     Le terme est issu de l’entretien réalisé avec ce volontaire.

[9]     Ce terme signifie généralement dans les sciences sociales et humaines la capacité d’action intentionnelle d’un sujet humain, de sorte que “la relation entre le choix, la performativité, la stratégie, dans les contraintes socio-économiques et culturelles est extrêmement complexe” (Ribeiro Corossacz, Gribaldo, 2010: 22). Au cours de la dernière décennie, cependant, un large champ théorique a été développé, définissable comme néomaterialiste, ou constructiviste, qui propose de réviser cette définition, en élargissant le champ de l’agentivité aux non-humains (Bennett 2010, Latour 1993 ; Marres 2012). Selon ces théories, l’agentivité est toujours un processus relationnel, pas nécessairement intentionnel, au sein duquel même les acteurs non humains «contribuent à façonner, maintenir, briser, modifier et détruire l’ordre social» (Passoth et al., 2012).

[10]    Cette lecture souligne également toute la responsabilité des acteur·rice·s humains qui, avec des différences de classe, de genre et de race, parmi les autres, ont le pouvoir de provoquer des transformations environnementales dévastatrices, au point d’amener récemment à la création du concept de “capitalocène” (Haraway 2014 ; Moore 2016).

Crédit : Beatrice Del Monte
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search