« La désobéissance civile à l’épreuve des Zones à Défendre. Le cas du Barrage de Sivens (ZAD du Testet) et de l’Aéroport de Notre-Dame-Des-Landes (ZAD de NDDL) »

Pierre-Guillaume Paris

Résumé

Dans cet article, nous faisons état d’un décalage entre la théorie de la désobéissance civile telle qu’elle fut formulée par John Rawls et les utilisations plus actuelles de ce terme. Ce décalage est issu des mutations dans les rapports de force entre gouvernants et gouvernés qui induisent un ensemble de tensions quant à l’usage du syntagme « désobéissance civile » dans les débats sur les ZAD.

Celles-ci étant appréhendées ici par la théorie des répertoires d’action, il nous est permis de souligner la dualité de ses actions : c’est en se protégeant des forces de l’ordre et des institutions étatiques que les ZAD peuvent mettre en œuvre tout un ensemble de critiques et de formes de vie alternatives sur des territoires qu’il s’agit de protéger des aménageurs et de l’action publique en général. Les luttes territoriales, sociales, environnementales et anticapitaliste (entre autres) sont mises en cohérence au sein de ces micro-sociétés.

Les ZAD se défendent par tout un travail symbolique de resignification et de transformation des imaginaires qui consiste à ne pas utiliser la même langue que l’adversaire médiatique ou étatique et qui vise aussi à refuser l’assignation à la violence par l’élaboration d’un contre-discours légitimant les modes d’action des « zadistes ». C’est à l’aune de ce travail discursif que nous cherchons à justifier l’expression de « désobéissance civile » pour caractériser les ZAD.

Introduction

Les Zones À Défendre (ZAD) sont apparues à la fin des années 2000 comme un pied de nez aux Zones d’Aménagement Différé[1] mises en place par les collectivités locales sur certains territoires afin d’y proposer des projets d’aménagement publics et privés. La ZAD correspond à l’occupation physique du territoire concerné par un projet d’aménagement pour empêcher ou tout du moins retarder les travaux sur la zone (déforestation, terrassement, construction…). Les ZAD sont donc tout à la fois des territoires occupés par des militants et une tactique de lutte politique. La première ZAD est née de la résistance des militants contre le projet d’aéroport à Notre-Dame-Des-Landes (NDDL) après des décennies de rapports de force, notamment entre les pouvoirs publics locaux et les agriculteurs. D’autres ZAD ont par la suite émergé en réaction à d’autres « grands projets inutiles et imposés » ou GPII, comme les nomment les militants écologistes et altermondialistes. Très vite, les ZAD deviennent plus que de simples manifestations de refus de certains programmes d’action publique pour embrasser des dynamiques plus amples d’opposition au capitalisme et de démonstration de manières de vivre alternatives. De ce point de vue, sur le plan théorique, l’acte fondateur de ce mode d’expression politique, ce sont les Zones Autonomes Temporaires (ZAT) prônées par Hakim Bey [Bey, 1997]. Les ZAD apparaissent comme les institutions sédentarisées de ces zones autonomes, temporaires et nomades, imaginées par le poète pour échapper au pouvoir et expérimenter librement sa vie.

On pourrait donc dire que les ZAD comme territoires en lutte, comme espaces d’autonomisation politique et comme lieux concrets de création et de résistance à la mondialisation néolibérale et au capitalisme financier servent souvent de symboles pour définir le caractère « désobéissant » des nouvelles formes de militantisme politique :

« La nouvelle vie de la désobéissance coïncidait avec un renforcement de l’exigence démocratique. [Ces contestations] sont donc inhérentes à la démocratie et pas sa « limite », traduisant, comme les mouvements d’occupation qui s’en inspirent (on l’a vu à la ZAD NDDL), une exigence de démocratisation de la démocratie. » [Laugier, 2017]

Néanmoins, il apparaît problématique d’identifier le zadisme à la désobéissance civile, pour des raisons variées, dont certaines tiennent en premier lieu à la définition que John Rawls en a donnée :

« La désobéissance civile peut être définie comme un acte public, non violent, décidé en conscience, mais politique, contraire à la loi et accompli le plus souvent pour amener un changement dans la loi ou bien dans la politique du gouvernement. En agissant ainsi, on s’adresse au sens de la justice de la majorité de la communauté. » [Rawls, 1971 : 405]

Si les pratiques zadistes entrent globalement dans ce cadre, certains éléments peuvent poser problème, dans la définition formelle en premier lieu, mais aussi dans les présupposés et les conséquences logiques de cette définition.

En effet, les prémisses de la théorie de la justice de John Rawls impliquent un régime politique globalement juste à l’intérieur duquel certaines injustices, nécessairement résiduelles, découleraient d’un non-respect de l’esprit des lois et/ou de la Constitution [Rawls, 1971 : 363]. Autrement dit, c’est la question de la fidélité à la loi qui sert à légitimer les actions de désobéissance civile, puisque celles-ci visent à souligner les manquements de l’Etat dans un domaine, par omission ou par négligence, dans des champs de compétence qui lui appartiennent. Les désobéissants transgressent une loi inique au nom d’une loi qui lui est supérieure, au nom d’une valeur constitutionnelle en laquelle il existe une croyance collective consensuelle. Or, ces dernières décennies ont vu croître les inégalités socio-économiques d’une part [Piketty, 2013], et d’autre part celles-ci sont inscrites à l’intérieur de structures sociales et d’une inertie historique qui conduisent à constater le caractère systémique des injustices perçues par les citoyens [Bihr, Pfefferkorn, 2008]. La reconnaissance du caractère structurel et systémique des inégalités a pour conséquence d’éloigner la considération portée à la Constitution et aux principes supérieurs qui guident notre régime politique. Au contraire, il pourrait facilement être reproché à la puissance publique d’avoir inscrit dans son fonctionnement normal la production d’inégalités toujours plus grandes, injustifiables au nom de l’intérêt général. De ce point de vue, les désobéissants ne seraient plus des citoyens revendiquant des changements politiques marginaux, mais des adeptes de la « transformation sociale » de grande ampleur, révolutionnaires souhaitant changer « le système » : non seulement les occupants de la ZAD de (NDDL) souhaitent que le nouvel aéroport ne voie jamais le jour, mais ils souhaitent aussi lutter contre « le monde » qui accompagne cet aéroport[2], un monde toujours plus productiviste, toujours plus connecté, toujours plus bétonné, où les flux sont toujours plus rapides et toujours plus marchands.

Enfin, c’est la question de la non-violence et de la limitation du « désordre » public qui tempère la notion de désobéissance civile [Cervera Marzal, 2016 : 36-40] : les stratégies de médiatisation des affrontements entre forces de l’ordre et « habitants » des ZAD et les récits de certaines actions publiques tendent à assigner les zadistes à la violence. Intrinsèque à leur mouvement, elle nourrirait la stigmatisation de leur mouvement et de leurs convictions, délégitimerait leur lutte et justifierait la répression dont ils font l’objet par les forces de l’ordre. Bien que très complexe [Celikates, 2013], nous tenterons d’aborder cette question dans la deuxième partie de notre démonstration. En ce qui concerne le risque de désordre dans l’espace démocratique, force est de constater que les moyens déployés par les forces de l’ordre à l’encontre des ZAD indique l’importance que ces mobilisations revêtent pour la puissance publique. Les images de conflits entre forces de l’ordre et habitants et sympathisants des ZAD, faisant des dizaines de blessés, ont considérablement alimenté les journaux télévisés, notamment après l’opération César à NDDL en 2012, ou suite à la mort de Rémi Fraisse à Sivens en octobre 2014.

Pour ces raisons, la définition rawlsienne fait obstacle à la saisie des ZAD comme espaces de désobéissance civile et il nous sera d’abord nécessaire de changer de définition ou de déplacer son champ d’application pour gagner en pertinence : A quelles conditions peut-on définir les pratiques politiques d’une ZAD comme des formes de désobéissance civile ?

1. La ZAD comme lieu d’une pratique de la désobéissance civile ?

Nous allons interroger dans cette section la notion de ZAD pour étudier dans quelle mesure la notion de désobéissance civile, telle que formulée par John Rawls, lui est applicable. Nous observerons ensuite l’histoire d’une ZAD singulière, la ZAD de Sivens, qui inspirera la suite de notre développement.

1.1. Qu’est-ce qu’une ZAD ?

Nous allons planter le décor dans les lignes qui suivent pour témoigner de l’apparition des ZAD à un moment déterminé dans le temps des luttes écologiques et dans un contexte idéologique singulier. Durant l’été 2009, le « camp-climat » se tient dans un petit village proche de Nantes dont le nom est encore inconnu à la fois des militants et des citoyens lambda : Notre-Dame-Des-Landes reçoit alors le soutien de la gauche critique et altermondialiste pour alerter sur les dangers de la construction d’un deuxième aéroport dans la région nantaise. Ce camp-climat regroupe des militants de tous horizons et de toutes obédiences parmi lesquels certains décident de s’installer sur les lieux du futur aéroport pour en bloquer la construction. De fait, les modes d’action conventionnels sont jugés insuffisants, alors même que le projet d’aéroport était né en 1963. La Déclaration d’Utilité Publique, justifiant les expulsions des habitants et des paysans locaux, enfin publiée en 2008, avait ranimé les écologistes, les paysans et les multiples associations de lutte contre la construction de l’aéroport. Les manifestations, pétitions, tribunes dans les journaux ne dissuadent pas les pouvoirs publics d’implanter un aéroport sur ces terres majoritairement agricoles et dédiées en partie à l’élevage bovin.

Le terme « ZAD » se développe alors pour désigner ce territoire comme « zone à défendre », et ses occupants sont nommés les « zadistes », même si cette appellation sera par la suite refusée par les habitants, tout comme ils refusent l’idée « d’occupation » du territoire. La ZAD devient un terme générique pour identifier des réalités hétérogènes, qui permet de créer des liens entre opposants aux projets d’aménagement et de fédérer l’opinion autour des luttes politiques et sociales. L’initiative de « Sème ta ZAD » entre dans ce cadre puisqu’il correspond à un appel à venir aider sur la zone et à expérimenter de nouvelles manières de faire incluant ateliers et chantiers collectifs.

Rapidement, le modèle d’action se propage dans le cadre du refus des « GPII », ce qui peut s’expliquer par la rigidification des décisions prises par les pouvoirs publics et aussi par le durcissement des positions des militants se trouvant insuffisamment écoutés. Éclosent alors des dizaines de petites ZAD (en comparaison de celle de NDDL) afin d’empêcher des travaux d’aménagement (barrage, centre d’enfouissement des déchets nucléaires, nouvelles zones commerciales…) ou de création d’infrastructures nouvelles (autoroutes, rocades…).

1.2. La ZAD de Sivens

Nous allons développer ici l’histoire de la ZAD afin de voir par quelles interactions se constitue progressivement et en dernier recours une zone à défendre, à la fois à travers les relations entre militants écologistes mais aussi dans leurs relations avec les administrations des collectivités locales, avec les élus et avec les forces de l’ordre.

La Zone Humide du Testet a elle aussi connu une histoire singulière, et mérite d’être présentée dans la mesure où ce fut une des ZAD les plus médiatisées et qui fut tragiquement rendue célèbre en raison du décès d’un militant dans les affrontements avec la police fin 2014.

Cette zone humide suscite l’appétit des aménageurs dès 1969, lorsque le premier conflit oppose les partisans d’une base de loisirs au cœur du triangle entre Toulouse, Montauban et Albi et des opposants qui ont gain de cause une première fois. En 1976, le Conseil Général du Tarn achète la forêt de Sivens pour asseoir sa décision d’en faire une zone touristique, encore une fois sans succès. A partir de 1978, ce sont des projets agricoles qui sont mentionnés sur cette zone, bien qu’aucune construction ne voie le jour. Tout est enterré pendant deux décennies, puis la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG) réalise un rapport en 2001, préconisant la construction d’un barrage pour alimenter en eau quelques exploitations agricoles de la vallée du Tescou. Ce rapport sert de base à la rédaction d’un plan de gestion des étiages de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne en 2003. La CACG commande des expertises à des naturalistes pour répertorier les espèces animales et végétales menacées en 2008.

Il faut attendre 2011 pour que se crée un premier collectif, le Collectif pour la sauvegarde de la Zone Humide du Testet. Ces militants écologistes et naturalistes mobilisent le répertoire d’action de la contre-expertise, jouent le jeu du Droit pour gagner sur le terrain de la Loi. Outre les contre-expertises, des manifestations et des pétitions complètent le tableau de ce répertoire conventionnel. La Déclaration d’Utilité Publique, permettant l’expropriation des habitants de la zone concernée par le projet de barrage, est signée en 2012. Le constat d’échec des mobilisations qui avaient lieu jusqu’ici mène au changement de répertoire, après épuisement du précédent. Apparaît alors le second Collectif, « Tant Qu’il y aura des Bouilles » (TQB), qui mène la lutte sur le terrain de l’occupation, à partir de Novembre 2013[3]. Le répertoire d’action change alors de nature : il devient non-conventionnel et se situe à la limite de la loi.

Contrairement aux apparences, l’échec de la stratégie dite « légaliste » reste une énigme : avant le mois de novembre 2013, qui signe l’occupation de la zone dédiée à l’aménagement du barrage, de multiples expertises commandées par la puissance publique se concluaient par des avis très défavorables soit à la construction du barrage (CSRPN), soit à la destruction mal compensée de la Zone Humide (CNPN). Qui plus est, ces avis furent émis à plusieurs reprises à six mois d’intervalle si l’on pense au Conseil National de Protection de la Nature dont les avis furent rendus en avril et septembre 2013. Or, la doctrine de l’aménagement du territoire est marquée par une séquence « Éviter – Réduire – Compenser » qui aurait dû conduire immédiatement à l’annulation des travaux et à l’évitement du désastre écologique (mais aussi humain, matériel et financier) réalisé entre fin 2014 et début 2015. Cela donne d’autant plus de légitimité aux occupants qui considèrent que la puissance publique manque de « raisons » valables pour justifier son projet[4]. Il faut donc abandonner l’idée selon laquelle les « zadistes » se radicalisant, les autorités sont contraintes d’hausser le ton avec force répression et violence. Au contraire, ce sont les militants déconcertés qui doivent intérioriser le fait que l’action publique se passe de raisons et de motivations rationnelles étayées pour légitimer sa présence. Il n’est donc pas étonnant, dans ce cadre-là, de constater que les manifestants changent leurs modes d’action pour rappeler par l’exemple à nos gouvernants ce vers quoi devrait tendre une « démocratie réelle ».

Certaines de leurs caractéristiques conduisent à penser que les « zadistes » pratiquent une forme de désobéissance civile : ils mènent une action publique en agissant aux yeux de tous ; cette action est non-violente, installant simplement de quoi vivre sur un lopin de terre ; elle a un caractère politique puisqu’elle revendique l’abandon d’une disposition légale : elle est contraire à la loi dans la mesure où l’occupation est illégale.

Mais la catégorie de « désobéissance civile » est-elle bien adaptée à la saisie de la ZAD ? Il y a en réalité des raisons d’en douter.

2. Le zadisme comme contestation sociale radicale ?

Il y a donc du jeu entre la définition stricto sensu de la désobéissance civile et les formes d’actions politiques qui se développent dans ces territoires : si certains critères sont respectés, de même que le caractère de dernier recours de l’occupation, en revanche, il est moins sûr que la question de l’obéissance à la loi (qui se manifeste aussi par l’acceptation des peines de prison éventuelles retenues contre les occupants) et celle de la violence possible des zadistes puissent justifier l’utilisation de cette catégorie.

Dans cette section, nous allons faire état des différents éléments qui ne cadrent pas avec l’identification des modes d’action zadistes avec la notion de désobéissance civile, notamment par le fait que loin de ne s’opposer qu’à un projet concret, la ZAD est un lieu de résistance au monde capitaliste contemporain.

Si les ZAD ou les zadistes ne se reconnaissent pas dans l’expression de « désobéissance civile »[5], ce n’est pas que cette étiquette politique accolée à leurs actions est nécessairement inappropriée, mais avant tout parce que cela témoigne du caractère politique du langage, qui façonne la réalité et indique implicitement ou explicitement le type de jugement axiologique qui convient aux destinataires des locutions produites pour décrire le réel [Foucault, 1971]. Comme le langage permet de saisir et qualifier aussi bien que disqualifier des réalités, les zadistes prennent soin de ne laisser aucun mot venir définir ce qu’ils font ni ce qu’ils sont. Mais si ce rapport au langage est une singularité dont nous reparlerons dans la prochaine section, nous allons ici nous proposer de définir le répertoire d’action politique propre aux ZAD en ce qu’il déstabilise la relation entre les zones à défendre et la désobéissance civile.

Les ZAD sont pour leurs habitants bien plus que cela : ce sont des lieux où se réinventent la société et le politique, des lieux d’émancipation et des mondes sensibles à part entière. Leur portée politique va bien au-delà d’une simple révision locale du contrat social : ce sont aussi des utopies concrètes qui montrent par l’exemple qu’un autre monde est possible, en démontrant que les règles capitalistes et les règles des démocraties représentatives ne sont ni les seules ni les meilleures.

Tout d’abord, nous devons isoler ce renouveau des actions d’occupation en terrain rural au sein d’une séquence historique. Puisque nous mobilisons la théorie des répertoires d’action, il est important de souligner l’affaiblissement des modes de contestation conventionnels, comme Manuel Cervera Marzal l’indique dans son ouvrage. Le vote protestataire ne produit pas suffisamment d’effets, le taux de syndicalisation est très faible en France, les jours de grèves chaque année sont de moins en moins nombreux, les manifestations traditionnelles, malgré leurs succès, n’infléchissent pas l’action publique [Cervera Marzal, 2016 : 16-21]… Bref, l’action conventionnelle ne fonctionne plus, les rapports de force sont jugés en défaveur des citoyens et au profit des élites politico-économiques. Le répertoire d’action actuel doit donc évoluer et s’oriente vers des modalités d’action coordonnant les luttes locales aux enjeux planétaires, et favorisant les solidarités internationales dans le cadre d’une structuration Nord/Sud des relations géopolitiques et économiques [Tilly, 2006 ; Neveu, 2015]. Dans ce cadre, l’action politique est moins institutionnalisée, moins bien reconnue par les pouvoirs publics, et court le risque d’être considérée facilement comme illégale. Cela peut donc expliquer le retour de la désobéissance civile sur la scène française et européenne comme forme d’illégalisme légitime au regard de l’efficacité relative des actions radicales. On observe aussi une aggravation de la répression des mouvements sociaux, et l’intensification de la criminalisation du militantisme politique [Rigouste, 2009 ; Douillard, 2016] partiellement corrélée aux mutations du militantisme lui-même [Ion, 1997]. Cela conduit à une rupture du pacte démocratique institué qui reconnaissait jusqu’ici les actions non-conventionnelles comme des formes d’expression politique.

Il nous faut donc justifier la légitimité du syntagme « désobéissance civile » appliqué aux ZAD dans une situation de répression accrue et dans un contexte politique de moins en moins favorable à la contestation.

Reprenons la définition que C. Tilly donne des répertoires d’action afin de mieux saisir l’improvisation à laquelle correspond la création d’une ZAD :

Toute population a un répertoire limité d’actions collectives, c’est-à-dire des moyens d’agir en commun sur la base d’intérêts partagés. Ainsi, la plupart des gens savent aujourd’hui comment participer à une campagne électorale, fonder une association ou s’y affilier, mettre une pétition en circulation, manifester, faire la grève, tenir un meeting, créer un réseau d’influence, etc. Ces différents moyens d’action constituent un répertoire, un peu au sens où on l’entend dans le théâtre et la musique, mais qui ressemble plutôt à celui de la commedia dell’arte ou du jazz qu’à celui d’un ensemble classique. On en connait plus ou moins bien les règles, qu’on adapte au but poursuivi. [Tilly, 1986 : 541]

Un répertoire est toujours limité, et doit être en mesure de s’adapter aux circonstances. À Sivens, la fracture militante qui donne lieu à la création d’un deuxième collectif s’explique facilement par des divergences quant à la stratégie et non quant à l’objectif visé : si tous s’opposent à la création du barrage et à la destruction de la Zone Humide, certains sont réticents à s’aventurer sur le terrain de la critique du légalisme, tandis que les autres se sentent contraints de marquer leur opposition en mettant en jeu leur corps et en s’opposant physiquement, matériellement, aux travaux de construction.

Les deux camps menèrent des actions de concert par la suite, mais relevaient d’êthos politiques structurés de façon différente, de par leurs activités, leur mode d’organisation, le répertoire mobilisé pour la lutte contre le barrage. Il y a improvisation de la part de TQB en ce que l’occupation apparaît pour nombre de militants comme la seule solution pour retarder les travaux, obligeant à composer avec une puissance publique dont les actions sortent du répertoire commun. C’est ainsi que naissent les ZAD : quand les militants sont tenus de s’adapter à la nouvelle donne des pratiques de pouvoir des collectivités locales ou du gouvernement.

Pour parler des actions des « zadistes », nous distinguons le répertoire offensif du répertoire défensif[6] : Le répertoire offensif correspond au contenu précis de l’occupation mise en place par le Collectif TQB, c’est-à-dire l’ensemble des alternatives sociales, économiques, politiques, etc. mises en place sur la ZAD. Le répertoire défensif vient quant à lui caractériser les multiples modes d’action disponibles pour protéger le territoire occupé, c’est-à-dire les formes que prennent le blocage et la résistance des militants face aux tentatives des pouvoirs publics de les expulser.

Au menu du répertoire offensif, les institutions mises en place par la ZAD ont trait à la vie quotidienne et aux préoccupations directes des habitants et ont finalement beaucoup à voir avec l’utopie écologique dans son sens le plus large. Ils ne peuvent être considérés comme une désobéissance civile « en soi », car l’occupation illégale y suffirait, mais offre un contenu à cette forme de résistance en montrant la rigueur éthique exemplaire des habitants et s’affiche comme une bulle du monde qui doit advenir.

Car les militants qui participent à la ZAD ne veulent pas se concevoir sur le mode de « l’occupation », mais sur le mode de « l’habitat ». Les « habitants » ne veulent pas des connotations liées au terme « d’occupation », telles que les références au colonialisme, à son complexe de supériorité ainsi qu’à son caractère destructeur, mais ils souhaitent aussi marquer leur refus du légalisme :

“J’ai mis du temps à me dire que j’allais habiter ici. Je n’aime pas trop le mot “occuper”. Il a un aspect colon. J’arrive ici, sur un territoire, et j’expliquerais à ceux qui y habitaient avant qu’il ne faut ni utiliser de pesticides, ni chasser ? Dans l’idée d’“habiter”, il y a un truc différent, il y a un truc d’attention aux voisins. Ce que je fais dans ma sphère privée a des effets sur le public et inversement.” [Lindgaard, 2017]

« Habiter » est aussi le verbe d’action qui fait florès dans la littérature politique de la gauche autonome telle qu’on la retrouve au sein du Comité Invisible, par exemple. Ce dernier en fait même la condition de la réussite des luttes contre le pouvoir d’Etat (« Habiter pleinement, voilà tout ce que l’on peut opposer au paradigme du gouvernement. On peut se jeter sur l’appareil d’État; si le terrain gagné n’est pas immédiatement rempli d’une vie nouvelle, le gouvernement finira par s’en ressaisir » [Comité invisible, 2014 : 166]). A travers les témoignages d’habitants de la ZAD, mais aussi à travers les analyses des sociologues et politistes qui ont travaillé sur ces terrains, on peut distinguer trois motifs principaux qui viennent appuyer cet « habiter en conscience d’habiter » [Barbe, 2016] : C’est un attachement, qu’il faut concevoir à la fois comme une relation affective au lieu et à la vie spécifique (humaine et non-humaine) qui s’y déploie, mais aussi comme une forme d’enracinement dans ce lieu, une forme d’abandon des formes de vie dictées par les évolutions sociales de ces dernières décennies, imposant des mobilités, des flux incessants aux effets dépersonnalisants [Bulle, 2016 : 16-21]. Cet attachement spécifique à un lieu, ce tissage de relations avec ses autres habitants et ses voisins, c’est aussi un investissement dans une histoire qu’il faut concevoir sur un mode patrimonial. Ce n’est pas un « patrimoine » dont la valeur est transposable en valeur monétaire, mais un patrimoine qui témoigne d’une histoire commune, d’un héritage de pratiques paysannes et agraires, d’agencements uniques des écosystèmes locaux, de rémanences des solidarités locales, etc. Enfin, ce patrimoine a un sens, une intensité ou une valeur, pour chacun différente, en ce que l’habiter diffère d’un individu à l’autre. un habitant de NDDL témoigne :

“En t’occupant des vaches, tu comprends mieux les haies, les prairies, les cycles de rotation des terres, toute la chaîne qui fabrique le bocage. Quand tu fais les foins, des milliers de papillons s’envolent. Tu ne peux pas comprendre ce territoire sans l’éprouver. Ces paysages sont façonnés par des siècles de pâture, de polyculture et d’élevage. Les gens qui ont grandi avec une vision urbaine ont de la peine à le comprendre. Ils croient voir une nature sauvage en arrivant ici, alors que c’est un paysage façonné par des usages communs. Chaque fossé a été creusé à la main pendant des siècles. Chaque haie a été plantée. Ce n’est pas juste que tu habites le bocage. Le bocage t’habite.” [Lindgaard, 2017]

A partir de ces trois repères – l’attachement, l’histoire et le sens – habiter c’est être affecté par ce monde sensible en mettant à mal l’ordre du dicible. Les habitants sont surtout des gens qui font en commun [Dechézelles, Olive, 2017], unis par leurs actions et leurs pratiques qui définissent le nouveau monde qu’ils proposent à la place de l’ancien.

Contre les institutions figées, la politique se fait au quotidien, de manière horizontale, impliquant tous les habitants. Les assemblées générales se multiplient pour favoriser l’information des habitants et des partenaires, la coordination des actions et la légitimité des décisions prises au consensus. Hebdomadaires (ou presque) au Testet [Berlan, 2016 : 113], ces assemblées font vivre la démocratie directe et accueillent tout le monde sans distinction. Cette idée de l’hospitalité, on la retrouve sur toute la ZAD : pas de contrôle d’état-civil, pas de police, pas de garde-frontières, le lieu met en place une autogestion radicale visant à prouver l’inutilité et la nuisance des institutions étatiques. La compétence politique n’y est pas l’apanage des catégories favorisées ou socialement disposées à ces activités et il en va de même sur le plan économique. En effet, la division du travail est beaucoup moins marquée et les stéréotypes sociaux ou de genre s’y trouvent déjoués, ou font l’objet d’une attention particulière, à tout le moins. Les qualifications ou les diplômes des uns ne justifient nullement l’occupation d’une position économique supérieure à celle de tout autre habitant.

Par ailleurs, l’organisation économique est fondée sur des compétences et capacités que l’on qualifierait de « manuelles » et qui sont dans les économies capitalistes liées à des activités traditionnellement subordonnées socialement [Dechézelles, Olive, 2017 : 21]. Des ateliers et des formations sur le tas sont organisés de manière quasi-quotidienne pour former les habitants. Maraîchage, sylviculture, culture de plantes médicinales, ébénisterie, construction, boulangerie, autant d’activités qui répondent aux besoins immédiats des habitants et qui tissent des liens et des solidarités entre habitants. L’organisation sociale et politique apparaît comme particulièrement innovante et rompt avec les formes marchandes de lien social qui sont devenues hégémoniques dans nos pays avancés[7]. Pour autant, l’économie n’est pas faite sur un mode autarcique, puisque certains besoins nécessitent des échanges avec l’extérieur, que ce soit via les groupes de soutien ou les initiatives individuelles. Ainsi, un grand nombre de besoins apparaissent après les interventions policières : matériel médical, vêtements, sacs de couchage, alimentation, matériel de construction, bref, de quoi reconstruire ce qui est détruit par les forces de l’ordre.

A côté de ces règles socio-politiques, l’art, la créativité et la spiritualité occupent aussi une place centrale. En tant que lieu « hétérotopique » [Foucault, 1994 : 752-762], la ZAD est propice aux remises en question et aux interrogations existentielles. Entre les ateliers « artistiques » et les initiations rituelles, le lieu est propice à l’introspection et à l’expression de soi. Le décalage avec les normes sociales de la société française offrent aussi la possibilité de reconfigurer un rapport à soi souvent dégradé par la vie d’avant la ZAD, souvent faite de déclassement, de précarité voire de misère [Dechézelles, 2017 : 98]. Le mode de vie zadiste, simple et sobre, invite à des formes d’ascétisme. L’attention aux non-humains de toutes sortes se développe conjointement avec la logique d’habiter en harmonie avec le lieu. Le rapport au temps se modifie aussi rapidement, puisque chacun doit s’adapter à des contraintes nouvelles : l’absence d’électricité, par exemple, impose le rythme du cycle jour/nuit aux habitants. L’ancrage dans le territoire est tel que celui-ci apparaît aux habitants comme une extension de leur corps, et les militants les plus investis dans la lutte ne peuvent qu’éprouver la douleur du deuil devant la destruction de leur lieu de vie par les bulldozers et autres tracteurs, lorsque les forces de l’ordre détruisent la zone humide de Sivens. Les zadistes ne proposent peut-être pas de nouvelles modalités pour être-au-monde, mais ils explicitent politiquement le sens de celui-ci à travers leur attachement passionné au lieu habité.

Ce volet du répertoire d’action zadiste ne permet pas de le relier à la désobéissance civile : tout ce qui s’y pratique relève de pratiques licites, qui ne tirent pas leur force de leur position vis-à-vis de la loi, mais de l’écart aux normes sociales dominantes, comme lorsqu’il s’agit de choisir des matériaux de construction ou de valoriser la culture de plantes comestibles oubliées ou en voie de disparition. Il faut donc faire porter le regard non plus sur la politique offensive des ZAD mais sur leur politique défensive pour y voir le caractère de désobéissance civile.

La politique défensive de la ZAD correspond aux actions visant à sauvegarder leur présence sur les lieux de l’occupation. Cela passe notamment par les actions directes non-violentes qui appartiennent au répertoire d’action national-autonome habituel, bien qu’il soit rénové dans ses modalités : il s’agit d’occuper un lieu et de mettre en place des stratégies afin d’éviter l’éviction par les forces de l’ordre et leur reprise en mains du territoire. Cela passe donc nécessairement par des formes de blocage radicales qui s’expriment dans deux circonstances : la résistance aux forces de l’ordre, et la résistance aux machines des aménageurs.

Concernant les travaux, la stratégie globale est celle du ralentissement maximal, grâce à de nombreuses tactiques, allant des opérations escargot sur les routes jusqu’aux « arbres […] lardés de métal ou reliés les uns aux autres pour rendre leur tronçonnage dangereux » [Berlan, 2016] en passant par le sabotage de voies d’accès ou des engins de chantier (Témoignage : « S’attaquer à l’intégrité physique des biens, c’est une nécessité pour résister. Saboter une machine, ce n’est pas de la violence. On ne s’attaque pas à une personne humaine mais à des outils. C’est implicitement accepté par une grande partie du mouvement en cas d’intervention. » [Lindgaard, 2017]). Mais les habitants mettent aussi leurs corps en jeu en installant des « nids » dans les arbres, empêchant de fait le tronçonnage des arbres concernés, quand d’autres s’enterrent sur le chemin des engins de chantier. L’idée est aussi de susciter des coûts supplémentaires tels que la rentabilité du projet en soit écornée et que les autorités décident d’abandonner les constructions

D’autre part, des formes de résistance active sont recyclées et réutilisées : des brigades de clowns activistes tentent de désamorcer des conflits avec les forces de l’ordre tandis que des militants nus ou presque exposent publiquement leur vulnérabilité et leur non-dangerosité à la face de CRS surarmés et surprotégés.

Enfin, la stratégie des black-blocs est celle de la contre-violence, jouant le rôle d’opposition symétrique de la police ou des gendarmes avec des armes et des protections improvisées, refusant d’accorder aux forces de l’ordre la légitimité de la violence d’Etat.

Toutes les stratégies existent dans une ZAD mais aucune ne représente le « zadisme ». Il est donc difficile de fixer une définition convenue des pratiques identifiables comme relevant des ZAD. Nous pouvons toutefois retenir l’aspect occupationnel qui est décisif et qui passe par de multiples tactiques afin de ralentir ou d’empêcher l’évacuation des activistes, et la radicalité des actions entendue comme l’intensité de l’engagement et son caractère englobant : on met son corps voire sa vie en danger d’une part et les principales structures et institutions du monde occidental sont remises en question d’autre part.

Cette radicalité est étrangère à la théorie de la désobéissance civile telle qu’elle fut formulée par John Rawls. D’autant plus que l’ambition des militants n’est pas simplement d’empêcher la construction d’un barrage ou d’un aéroport, mais de faire s’écrouler le système capitaliste, c’est-à-dire le monde qui rend possible les infrastructures et les organes institutionnels qui vont à l’encontre d’un monde ouvert et solidaire. Nous sommes ici bien loin de la désobéissance civile comme revendiquant un changement marginal dans le cadre d’un système globalement juste tel qu’il est défini par Rawls, car le système politique est perçu et conçu comme globalement injuste et nécessitant des changements que la désobéissance civile ne suffirait pas à faire advenir.

Cependant, il serait injuste de clore la controverse relative à la désobéissance civile sur la question de la radicalité : il faut au contraire s’appuyer sur cette radicalité pour mieux comprendre en quoi le mouvement des ZAD propose une réponse innovante à la crise des modes de contestation politique. Dans une démocratie très imparfaite où la désobéissance civile est devenue impossible dans sa définition rawlsienne, il faut peut-être en adapter les critères et les conditions d’application. En effet, l’agencement inédit entre le matériel et le symbolique dans les ZAD conduit à s’interroger sur le rôle du langage dans la lutte et permet de proposer de nouvelles pistes pour revitaliser la désobéissance civile.

Crédit : Jean-Marc Aspe

3. Lutter pour dire le monde ?

Nous allons ici nous focaliser sur deux points sensibles : le langage et « la violence » comme outils de lutte sur les ZAD et dans l’opinion publique : ici les « spectateurs » constituent un tiers avec lequel interagissent les deux autres grands acteurs des ZAD.

3.1 Considérations sur les usages de la langue

Nous tentons ici d’enrichir la dimension symbolique de la désobéissance civile avec l’idée que les conflits terminologiques y sont essentiels dans le cadre d’un combat public contre des autorités a priori légitimes. L’enjeu pour les zadistes est de trouver des moyens de rendre leur combat audible, compréhensible et justifié.

Ce ne sont donc pas seulement les projets d’aménagement contre lesquels il faut s’opposer et gagner, ce sont aussi les mots, les idées et les manières de voir le monde qu’il faut faire dérailler, pour décoloniser les imaginaires et instituer une nouvelle société. Le geste inaugural qui marque les discours et les pratiques occupantes, c’est l’utilisation de l’acronyme « ZAD » pour « Zone à Aménagement Différé » afin de le resignifier en « Zone A Défendre ». Le terme abandonne le vocabulaire administratif et bureaucratique pour devenir synonyme d’une reconquête des territoires par les citoyens passant par l’occupation de la zone afin d’y empêcher les travaux d’aménagement. Ce double mouvement théorico-pratique (accompagner l’occupation concrète d’un terrain d’un nom dont la signification aura été radicalement changée) a eu lieu à NDDL et a depuis essaimé sur de nouveaux territoires, avec des intensités variables et sur des temporalités différentes, pour lutter contre des projets d’aménagement variés : de l’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, dans la Meuse, au stade de football à Décines, près de Lyon, en passant par un barrage hydraulique à Sivens, dans le Tarn.

A Sivens, la ZAD ne s’est d’ailleurs pas constituée sur une zone d’aménagement différé, mais sur une « zone humide »[8]. Là aussi, le terme est récusé par certains habitants au nom du « vocabulaire idéologique » et du « savoir technicien » auquel il appartient : « Le langage crée une réalité. Les marécages, les tourbières, les ruisseaux et les bouilles existent, et toutes les plantes et les bestioles qui y vivent. Une zone humide n’existe pas. » [Berlan, Xardel, 2015 : 133]. Quand donc les mêmes disent « Les zones humides, on n’en a rien à foutre », ils ne s’opposent pas en disant cela aux écologistes radicaux, mais à un langage réputé anesthésiant et dépolitisant qui simule l’écologie pour mieux acter l’expansion du capitalisme destructeur d’écosystèmes et de la biodiversité (les deux tiers des zones humides ont disparu au cours du XXe siècle[9]). Ce sont les terrains concrets et la faune et la flore tangibles sur ces terres qui justifieraient l’abandon de catégories administratives fourre-tout qui contiennent une logique complète de l’action publique : Si les arbres concrets renvoient à la réalité générique « élément paysager », si cette catégorie opère un réductionnisme sur la réalité concernée, elle laisse alors le champ libre à l’uniformisation administrative des zones rurales, au caractère interchangeable de leurs caractéristiques et donc au déplacement possible des écosystèmes de manière tout-à-fait artificielle [Berlan, Xardel, 2015 : 134]. On touche ici à la question douloureuse de la compensation pour la destruction des zones humides [de Billy, 2015] à laquelle les aménageurs sont astreints : contrairement au rêve d’une transposition parfaite, et malgré une ingénierie semblable aux marchés du changement climatique (tel que le marché carbone), plusieurs biais rendent la compensation difficile voire impossible : les relations entre écosystèmes et leur caractère plus ou moins « productif » pour le territoire sont souvent mésestimés, la conception stationnaire des écosystèmes empêche d’en saisir les évolutions dynamiques à travers le temps, la non-prise en compte des questions patrimoniales telles que la qualité ou l’authenticité des paysages entraîne et facilite lesdites compensations, et enfin la pérennité des écosystèmes recréés n’est pas assurée aux dires mêmes des experts concernés [de Billy, 2015 : 34-37].

Cette subversion de la langue a pour objectif de contrer le pouvoir d’Etat dans son action publique, juridique et administrative routinière. Il vise à briser les évidences des politiques publiques et de ce que nous pourrions nommer la « Raison Démocratique » comme un appareil idéologique qui cherche à légitimer et justifier les décisions prises par les gouvernements et les administrations publiques sur la seule base du respect des procédures instituées. Mais elle vise aussi à mettre en exergue le fétichisme « quantophrène » des administrations qui les conduit à tout mesurer, compter, évaluer à des fins de contrôle social et politique mais aussi d’efficacité économique [Supiot, 2015], puisque l’évaluation a pour objectif de mesurer la productivité des territoires. C’est donc une question de valeur qui est posée, et d’une valeur considérée par certains « zadistes » comme réduite à sa composante marchande : la compensation vise à mettre un prix sur des dégradations et à dépenser un montant équivalent pour valoriser une autre zone humide, pour son extension ou pour la création d’une nouvelle zone humide. Derrière la négation des zones humides il y a donc aussi une opposition franche à la « Raison Economique ».

Cette subversion de la langue a aussi un autre objectif : échapper aux stigmates sociaux de façon poétique et politique pour maintenir intact leur pouvoir symbolique.

Si le mot « zadiste » apparaissait à l’origine comme un terme utilisé par les occupants des ZAD, aujourd’hui les occupants tendent à s’en méfier et à s’en séparer. Le terme devient rapidement très employé dans les principaux médias d’information et dans les discours politiques, et il contribue à essentialiser et donc homogénéiser les militants des ZAD, aplanissant les différences de trajectoires, de statut, les différends idéologiques ou encore les divergences stratégiques. De fait, l’emploi du terme consacre l’idée de l’unidimensionnalité du « zadiste », individu sans profondeur, épouvantail politique et stéréotype médiatique. Cette étiquette intègre aussi une signification assignant à la marginalité, à la violence et au chaos les militants politiques ainsi désignés :

À la base, le mot “zadiste” était revendiqué par certains occupants et il s’est répandu à partir de 2012. […] Mais assez vite, on se dit que ça peut aussi être piégeux. Après la mort de Rémi Fraisse, tout le monde parle de la ZAD. Se crée alors une identité figée du “zadiste”. […] À des moments, l’identification est une force d’affirmation et à d’autres, elle te fige dans un folklore. Au moment où il se diffuse le plus largement, l’usage par les médias et les politiques du mot “zadiste” devient plus hostile. [Lindgaard, 2017]

Si les militants ne peuvent empêcher l’utilisation de ce terme pour les caractériser, ils peuvent toujours requalifier leurs actions pour légitimer leurs orientations et anonymiser leur engagement pour ne pas céder aux logiques médiatiques de production de « porte-paroles » de divers mouvements qui figent les représentants des mouvements sociaux. L’utilisation du prénom épicène « Camille » permet d’éviter cette reconnaissance médiatique d’un côté, et ne découle pas sur une structuration du mouvement à partir d’une division fonctionnelle du travail social telle qu’on la retrouve principalement dans les sociétés capitalistes. Sans voix officielle, le mouvement est libre de garder les orientations qu’il souhaite, libre de ne pas être fidèle à la voix d’un occupant parmi d’autres, impliquant aussi qu’aucune voix ne permette de saisir et d’englober les réalités recouvertes par les ZAD telles qu’elles sont vécues par leurs habitants.

Il faut bien voir que la lutte sémantique qui se joue ici, à travers la subversion de la langue, sert aussi à légitimer et délégitimer les actes des uns et des autres. Elle occupe donc un rôle prééminent dans les nouvelles dynamiques possibles de la désobéissance civile. Si la langue et son soft power n’étaient pas pris en compte auparavant, c’est parce que la légitimité des actions apparaissait alors comme immédiate, naturelle voire transcendante. Si l’on pense aux combats menés par Thoreau, Gandhi ou encore Martin Luther King, ils étaient tous trois convaincus de la justesse de leur cause et de leur méthode, alors même que l’opinion spectatrice était encore partagée. Bien que chacun de ces grands désobéissants ait pu laisser de nombreux écrits à la postérité, leurs usages de la langue ne se trouvaient pas en lutte contre les usages dominants car ce n’étaient pas les manières de dire le monde qui déterminaient le choix du « camp » politique des citoyens. C’était la fonction de la non-violence qui devait rendre respectable les mouvements désobéissants par l’exemple, par la démonstration du sacrifice de soi, héritée de morales religieuses doloristes. On essayait alors de gagner les faveurs de l’opinion publique avant tout par les actes donnés à voir sans filtre aucun.

Or, nos actes sont aussi requalifiés par la langue et par les multiples discours médiatiques qui tendent à cristalliser les significations apposées par les journalistes ou les politiques, ce qui positionne moralement ces actes et les expose donc toujours de façon déjà orientée pour le public. Il est donc nécessaire de sans cesse justifier et tenter de légitimer ce que l’on fait dans des termes différemment connotés des vocables utilisés par le pouvoir politique. Par ce biais ce sont de nouveaux circuits logiques, de nouvelles suites d’idées qui rendent plus ou moins acceptables les actions des zadistes à l’image du débat infini concernant la violence dont ces derniers feraient preuve.

3.2 Considérations sur les usages de la violence

L’objectif de cette sous-section est de déplacer la question de la violence sur le terrain de la communication politique dans la mesure où la « violence » est une forme de stigmate stratégique dans les interactions entre pro- et anti- projet sur les ZAD.

La disqualification des zadistes passe par leur assignation à la violence, délégitimant aussi leurs pratiques comme non-désobéissantes de fait. Mais ces derniers la réfutent : à Sivens, les appels de TQB, à la recherche de militants pour leur prêter main forte lors d’assauts policiers, soulignaient à chaque fois le caractère non-violent des actions menées, et les actes de sabotage ne touchant que des objets sont d’emblée considérés eux aussi comme non-violents dans la mesure où aucun être vivant n’est blessé. De ce point de vue, il est possible de considérer avec d’autres que cet élément essentiel à la définition de la désobéissance civile qu’est la non-violence dépend moins des actes accomplis par les militants que de la légitimité accordée ou non à la cause défendue par ces derniers. Autrement dit, définir les actions des uns ou des autres comme « violentes » est un des principaux enjeux de la lutte entre tous les acteurs qui participent aux ZAD, que ce soient les pouvoirs publics, les opposants ou les sympathisants et participants [Hayes, Ollitrault, 2012 : 145]. Sera violente l’action sur laquelle aura été apposé ce stigmate avec succès. De ce fait, la question de la violence objective est nulle et non avenue : il est impossible d’en fournir une définition, aussi simple soit-elle, en raison de la variabilité de ses acceptions et de l’amplitude des phénomènes considérés par les pouvoirs publics comme violents.

On trouve ainsi dans l’article de R. Celikates des exemples de disqualification de plusieurs actions du répertoire d’action non-conventionnel qui sont jugées violentes par les systèmes judiciaires allemand ou anglais : le sit-in bloquant la circulation exerce une « action coercitive » sur les passants, et cette coercition est une « violence » faite aux citoyens ; de manière proportionnelle (ab absurdo), la dégradation de biens mobiliers durant les émeutes londoniennes a pu être caractérisée d’« atteinte à la vie humaine » [Celikates, 2013 : 41-43]. La « violence » qui est reprochée aux militants est en conséquence le produit d’un discours qui vise à rétrécir le champ des formes possibles d’expression contestataires en démocratie, continuant par-là le lent processus socio-historique de pacification des mœurs. Mais cette « pacification » se fait au prix d’une violence sociale (dénis de démocratie, réduction des libertés publiques, inégalités sociales, exploitation économique…) et physique (les opérations policières sur les ZAD laissent souvent de nombreux blessés derrière elles, quand il n’y a pas de mort) élevée contre laquelle de nombreux citoyens se mobilisent. Cette « violence » est pour sa part invisibilisée par le « monopole » de l’Etat en matière de violences physiques légitimes. La criminalisation de la protestation, d’abord discursive puis juridique, a donc comme revers une augmentation des violences faites aux militants politiques, toutes obédiences confondues, qui déforme la réalité des rapports de force entre « zadistes » et forces de l’ordre. Ce ne sont donc pas les zadistes qui sont « violents », mais ce sont eux qui sont exposés à l’arbitraire policier en tant que la contestation qu’ils donnent à voir devient symboliquement inacceptable sur les plans social et politique dominants. Si l’on définit la violence zadiste comme toute contrainte exercée par des citoyens sur des exécutants de décisions publiques afin d’en empêcher l’application, alors toute forme de contestation, aussi conventionnelle et « non-violente » soit-elle, sera assignée à la « violence » par les pouvoirs publics.

On ne peut donc sortir de ce débat qu’en remettant la question de la « violence » à sa place, à savoir dans les discours : le champ sémantique de la « violence » est mobilisé pour condamner la position adverse et légitimer celle de son propre camp, quelles que soient les actions menées par le camp adverse.

La « non-violence » correspond dans ce cas non seulement à un phénomène discursif mais surtout à la stratégie politique qui consiste à ne pas porter atteinte directement et physiquement à autrui et qui caractérise les formes de lutte non-insurrectionnelles. La « contre-violence », quant à elle, est la forme de violence qui s’effectue de manière réactionnelle en cas d’attaque policière.

Nous pouvons donc offrir une conclusion sur la question de la lutte symbolique des zadistes pour libérer les manières de lire le monde et offrir de nouvelles perspectives. Tout un ensemble de stratégies mises en œuvre servent à éviter l’enrégimentation des ZAD dans des essentialisations discursives au service du « pouvoir ». A travers cette relation au langage, c’est toute une symbolique de légitimation de l’illégalité et la mise au jour de nouveaux clivages sociaux qui sert d’arme pour désobéir en conscience à un projet d’aménagement et à l’ordre du monde inquestionné. C’est la mise en forme d’une lutte à la fois concrète et abstraite où le matériel est soutenu par l’immatériel et le symbolique. Ce rapport au langage est une des clés qui permet d’intégrer les zadistes à la logique de désobéissance civile : les mots sont un terrain de bataille qui est investi plutôt que déserté, mais à rebours des injonctions, il propose une conversion du regard à l’opinion publique, incitée à rejoindre leur cause.

En bref : dans un cadre juridico-politique globalement injuste sur les plans économique, écologique et social notamment, la désobéissance comme action politique doit d’abord dénoncer un projet concret pour dénoncer la totalité qui l’accompagne. La loi supérieure qui légitime la désobéissance n’est pas la constitution ou un ensemble de droits naturels abstraits, mais l’horizon palpable d’une démocratie directe, promouvant l’autonomie des citoyens et leur émancipation. Dans ce contexte renouvelé, les désobéissants ne peuvent être acculés au désordre et ne peuvent être appelés à la discrétion : la désobéissance zadiste est un ordre concurrent de l’ordre actuel et non pas un désordre de celui-ci. Enfin, la désobéissance allie « puissance symbolique » et la « confrontation réelle » [Celikates, 2013 : 45-47] : dans un cadre où la contestation est criminalisée, l’efficacité de l’action symbolique dépend d’une dimension concrète de lutte entre deux visions antagonistes de la « démocratie », où les militants hésitent entre non-violence et contre-violence. D’une part, la dimension politique du rapport à la langue est l’arme symbolique qu’utilisent les désobéissants pour appuyer et légitimer leurs actes, et justifier leur mode de vie, par ailleurs exprimé par l’exemple.  D’autre part, les occupations et les blocages constituent les actions politiques non-violentes dominantes dans les ZAD.

On peut donc, au terme de ce texte identifier les ZAD comme le lieu de désobéissances civiles définies comme des actions politiques collectives, symboliques et conflictuelles, dont le caractère est essentiellement non-violent [Cervera Marzal, 2016 : 34-35].

Bibliographie

Barbe F., « La « zone à défendre » de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois, 238-239, 2016.

Berlan, Aurélien. « Entre contestation et cogestion, les luttes territoriales face à l’État. Le cas de la lutte contre le barrage du Testet à Sivens », Ecologie & politique, vol. 53, no. 2, 2016, pp. 105-128.

Berlan A., Xardel V., « Les lueurs sombres de la ZAD de Sivens. Extraits de Sans aucune retenue. Journal de la forêt de Sivens », Mouvements 2015/4 (n° 84).

Bey H., 1997. TAZ. Zone d’autonomie temporaire, Éditions de l’Éclat, Paris, [http://www.lyber-eclat.net/lyber/taz.html].

Bihr A., R. Pfefferkorn, Le système des inégalités, Paris, La Découverte, 2008.

Bilan de la Journée Mondiale des Zones Humides, édition 2017, document : http://www.zones-humides.eaufrance.fr/sites/default/files/images/asso_ramsarfrance/bilan_jmzh_2017_hd.pdf

de Billy V. et al., « Compenser la destruction de zones humides. Retours d’expérience sur les méthodes et réflexions inspirées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (France) », Natures Sciences Sociétés 2015/1 (Vol. 23).

Bulle S., « Il faut défendre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes », Multitudes, 2016/1 (n°62).

Celikates Robin, « La désobéissance civile : entre non-violence et violence », Rue Descartes, 2013/1 (n° 77), p. 35-51.

Cervera Marzal M., Les nouveaux désobéissants : citoyens ou hors la loi, Le bord de l’eau, Bordeaux, 2016.

Comité Invisible, A nos amis, La fabrique, Paris 2014.

Dechézelles, Stéphanie. « Une ZAD peut en cacher d’autres. De la fragilité du mode d’action occupationnel », Politix, vol.  117, no. 1, 2017, pp. 91-116.

Dechézelles S., Olive M., « Les mouvements d’occupation : agir, protester, critiquer », Politix 2017/1 (n° 117).

Pierre Douillard L’arme à l’œil, violence d’État et militarisation de la police, Le Bord de l’Eau, Bordeaux, 2016.

Foucault M., Dits et écrits, T. IV, « Des espaces autres », Gallimard, Paris, 1994.

Foucault M., L’ordre du discours, Gallimard, Paris, 1971.

Hayes G., Ollitrault S., La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

Ion J., La fin des militants, L’atelier, Paris, 1997.

Laugier S., L’Humanité, « Quelle place pour la désobéissance civile dans la démocratie ? », 31/01/17.

Lindgaard J., Mediapart, La ZAD, ça marche, ça palabre, c’est pas triste, 15/04/2017.  [https://www.mediapart.fr/studio/panoramique/la-zad-ca-marche-ca-palabre-cest-pas-triste].

Neveu E., Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Paris, 2015.

Piketty T., Le capital au XXIe siècle, Seuil, Paris, 2013.

Rawls J., Théorie de la Justice, Seuil, Paris, 1971.

Rigouste. L’ennemi intérieur, La Découverte, Paris 2009.

Supiot A., La gouvernance par les nombres, Fayard, Paris, 2015.

Tilly C., La France conteste, de 1600 à nos jours, Fayard, 1986.

Tilly C., Regimes and repertoires, University of Chicago, Chicago, 2006.


[1]     Créées par une loi de 1962, les ZAD sont des territoires pour lesquels les collectivités locales (entre autres) ont un droit de préemption afin d’éviter des flambées spéculatives.

[2]     Slogan de NDDL repris ensuite à Sivens : « Contre l’aéroport et son monde » ou « Contre le barrage et son monde ».

[3]     On peut constater ici l’aspect « rawlsien » de ce changement de répertoire, qui se concrétise comme un « dernier recours » contre une Injustice de l’aménagement public.

[4]     Les militants parlent de « grands projets inutiles et imposés » pour désigner ces projets d’aménagement que rien ne justifie et qui nuisent considérablement aux écosystèmes et à la biodiversité.

[5]     Idem :  « Nous voulons également exprimer notre incompréhension face à certains choix des mots. Pourquoi cette volonté de “Défendre la Zad” en utilisant des mots comme Démocratie, Désobéissance civile ou Zadiste, mots que nous n’employons que peu voire pas sur zone, sauf pour les décrier ? »

[6]              Je reprends ici une partition présentée sommairement par M. Cervera Marzal au début de son ouvrage.

[7]              Le « non-marché » de NDDL prolonge cette opposition aux relations sociales structurées par les logiques marchandes, puisque la production excédentaire qui y est mise en vente à prix libre sert à financer la lutte. On trouvera une description plus longue de cette institution zadiste dans le reportage Mediapart de Jade Lindgaard déjà cité.

[8]              « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année » (L 211-1 du Code de l’Environnement).

[9]              Bilan de la Journée Mondiale des Zones Humides, édition 2017, document : http://www.zones-humides.eaufrance.fr/sites/default/files/images/asso_ramsarfrance/bilan_jmzh_2017_hd.pdf